AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Folie et décadence schizophréniques. [Libre]

AuteurMessage
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Folie et décadence schizophréniques. [Libre] Sam 6 Aoû - 5:17

Peu importe le jour, peu importe l'heure, peu importe l'endroit. Je suis et Je serai toujours, Fredéric Vervish. Car Je suis tout. Nous ne sommes qu'une simple et même chose. Peu importe les autres, Fredéric. Peu importe leur regard, mon âme soeur. Nous ne sommes qu'unité. Une seule et même personne. Ne luttes pas, mon amour, ma raison d'être, ma délicieuse innocence... Chut, calmes tes peurs, je suis là pour veiller sur toi....

Il ouvre les yeux... Un rêve... Ce n'était qu'un rêve... Cette voix lancinante, qui semblait emplir son être, n'était qu'un rêve. Poussant un soupir d'un soulagement évident, Frédéric regarde partout autour de lui. Il ne sait plus exactement ce qu'il fait là, mais il y est. Sa main, tremblante, passe parmi ses cheveux bruns, cherchant une sorte de réconfort. Ridicule. Tout cela était ridicule! Il referme les yeux, et tout lui revient en flash...

C'était une aura sombre, noire, qu'il avait fuit. Une sorte de fumée noirâtre et rampante qu'il avait vu dans le couloir du second étage. Les hurlements de cette créature... Ils étaient d'une indescriptible horreur. Ou d'une horrible indescriptiblitude, cela dépend du point de vue, bien entendu. Une sorte de mélange entre des cris de bébés, la voix d'un jeune chanteur, Justinien Beubeur, ainsi que des vomissements atroces. C'était largement suffisant pour repousser le jeune Frédéric, pensant dur comme fer que cette ombre maléfique voulait son mal, et surtout, qu'elle existait.

Dans la tête, la voix d'Entité résonne, puissante, impérieuse :


"Allons, Fred... Calmes toi. Tu vois bien que cette chose ne t'a pas suivi trop loin... Elle n'est plus derrière toi en tout cas. Bordel, t'as vu ce que c'était..? Et les hurlements que ça poussait...

Une certaine hésitation se sentait dans le corps et le coeur du jeune homme. Il se tourne en arrière, comme pour s'assurer que le monstre ne bondira pas. Après un rapide coup d'oeil par la fenêtre, il remarque que la nuit commence à tomber... La voix, légèrement vibrante du schizo se fait entenre :

-Et putain de merde... Quelle heure il est..? Qu'est ce que j'ai encore foutu..? Et puis on est où, là..?

Un petit rire se mit à résonner dans les couloirs. Ou alors n'était-ce qu'une manifestation de la maladie? Sûrement. En tout cas, le rire se vint s'amplifier dans la tête du malade, se faisant bien plus doux, comme du miel coulant coulant dans la gorge... Une voix retentit, cette fois, irréelle de l'Entité. C'était une voix douce, chantante, la voix qu'aurait une déesse comme Aphrodite ou encore Athéna. Une voix impérieuse, certes, mais d'une telle délicatesse qu'on se jetterait même d'un pont pour elle.

-Mon amour... Mon beau Prince, mon Chevalier servant... Nous sommes sûrement dans le couloir des salles de cours. Tu sais bien que tu revenais d'un petit tour dans la cour lorsque tu as aperçu ce démon! Ou alors n'était-ce encore qu'une...Illusion, une fausse vérité?

Frédéric posa une main sur son front pâle, la laissant descendre sur ses yeux, qu'il masque un instant. Cela lui arrivait fréquemment, les trous de mémoire. Ou plutôt comme disait son médecin, le Dr Hibou, qui était vachement chouette : "Les délires illusoires d'interférence de l'Espace-Temps." En gros... Un moment qui a existé mais qui a été déplacé de la vie de Fred, pour un autre monde étrange où en autre Fred se retrouverait d'un coup dans une cour d'Académie où il n'a rien à foutre.

Se collant au mur, il se laissa glisser jusqu'à ce que son petit cul galbé touche le sol, dans un soupir de désespoir infini. Et il ne bougeait pas, attendant je ne sais quel évènement, ou même un ordre de son Entité, qui pourtant fermait bien son clapet, pour une fois. Le vide... Tout n'était plus que vide dans un monde qui finissait même par perdre son sens. Il en vint presque à espérer une tornade, un tremblement de terre ou une tentative de viol.

Toute envie l'avait quitté... Sauf peut-être l'envie de ne plus avoir envie. Un nouveau soupir, ses yeux aux légères cernes se ferment, l'espace d'un instant. Qui sait ce qui allait encore se passer...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Folie et décadence schizophréniques. [Libre] Mer 31 Aoû - 6:20

Le noir, la hantise de Kaori se manifestait encore et toujours après le crépuscule, elle n'avait toujours pas réussie à se défaire de la sensation désagréable d'être épiée en permanence et elle avait passé encore une fois une partie de l'après midi cachée dans les toilettes, prostrée dans un coin dans le toilette condamné. Elle n'arrivait pas à se faire à cette école, seule elle n'y arrivait pas, rencontrer le professeur de sport dans le grenier après une fuite l'avait vraiment effrayée au delà du possible mais c'était avant de se trouver face à la directrice qui venait de traverser un mur. Là son cœur avait faillit s'arrêter non pas pour devenir un vampire mais pour mourir bêtement d'une crise cardiaque.

Elle frissonna en avançant rapidement dans le couloir, devant rejoindre sa classe et regagner sa chambre avant le coucher du soleil qui allait bientôt survenir si elle se fiait à la luminosité du couloir qui baissait lentement. En repensant au dortoir elle n'avait pas encore rencontré son colocataire, ne connaissant même pas son nom. Elle l'avait lu mais sa mémoire sélective n'avait pas retenu l'appellation de la personne avec qui elle allait partager les nuits. Elle ferma les yeux pour contenir la vague de panique qui menaçait de la submergée encore une fois et s'appuya contre le mur d'une main. Elle semblait pousser le mur mais en fait faisait comme elle avait découvert que cela la calmait elle évacuait ses peurs vers l'extérieur, le mur en l’occurrence et releva la tête avant de poursuivre de nouveau sa route, l'impression qu'on la suivait des yeux toujours présente dans son cœur.

Elle parcourut les couloir, certes sans prendre le chemin le plus court mais le plus éclairé surtout, c'était la seule condition qu'elle respectait pour traverser les bâtiments. Elle releva la tête à l'approche de sa classe dans laquelle elle avait oubliée son carnet et se figea en voyant une silhouette prostrée un peu plus loin. Elle hésita un instant et posa la mai sur la porte de sa classe la trouvant fermée et regarda en direction de l'élève. Elle hésitait à s'en approcher, rien n'avait sa véritable forme dans cette école et elle ne voulait pas vraiment faire une nouvelle rencontre du type de celle du vampire de suite. Un seul traumatisme par semaine si possible mais elle se doutait bien que dans une telle école rien ne pourrait être normal.

Elle retira sa main de sur la porte verrouillée, elle ne récupérerait son carnet que demain donc et au lieu de tourner les talons s'approcha de la personne. Elle resta à distance en se raclant la gorge n'obtenant pas de réactions et regarda avec un air de plus en plus terrifié le soleil qui se couchait mais se décida encore à une tentative avant de rebrousser chemin. Et s'approcha un peu plus en posant la main sur l'épaule du garçon en souriant avant de lui demander.

« Ça va ? Tout va bien ? Je peux t'aider ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Folie et décadence schizophréniques. [Libre] Ven 2 Sep - 8:20

Les pensées du jeune homme étaient troublées. Prostré contre le mur, les genoux repliés sur sa poitrine, il avait les yeux dans le vague, contemplant une chose qui n'existait pas. Il était ailleurs, tout simplement. A tel point qu'il n'avait pas entendu le raclement de gorge, et qu'il ne réagit qu'à la main sur son épaule. Mais sa réaction fut vive. Une sorte de sursaut qui le força à se relever, quittant sa position de réconfort. Fredidou posa son regard torturé sur la personne qui a osé ainsi le déranger, un regard sombre et triste empreint de toute cette folie qui le torture constamment. Ses sourcils se froncèrent, comme dans une menace muette, alors que ses yeux se baladèrent sur la demoiselle qui l'avait éveillée.

Il perdit cependant rapidement son air contrit à la vue d'un si beau corps, mais aussi des yeux de la demoiselle. Il pouvait y lire la peur. Non, pas la peur... Quelque chose de bien plus ancré, comme ses propres démons. Aucun mot n'avait été dit, et pourtant, il avait tout compris d'elle. Elle était comme lui... Elle aussi vivait dans la terreur d'une chose qu'elle ne pouvait vaincre. Peu importait le démon de cette jeune fille, peu importait la créature qui la torturait. Ce qui importait réellement, c'était ce qu'elle était. La voix d'Entité restait sourde, et malgré les appels mentaux qu'il lançait pour avoir son avis, aucune réponse ne lui fut donnée. Sous ce silence oppressant dans sa tête, il se mit à s'inquiéter, passant une main dans ses cheveux noirs comme pour se rassurer. Se concentrer sur autre chose, oui, il devait faire ça... Aussi c'est un peu troublé qu'il se remit à regarder la jeune fille, pour lui parler d'une voix avec de légères vibrations trahissant son inquiétude.


-Je... Je m'appelle Frédéric Vervish, mais on préfère souvent m'appeler le Fou, à cause... De ma façon d'être. Et... Non, je n'ai pas besoin d'aide... Je crois même que je vais bien.

Petit sourire peu crédible qui se voulait rassurant, pour éviter d'embarasser cette belle jeune fille qui venait d'elle-même lui parler. Lui qui n'allait jamais parler de lui-même aux gens, et encore moins aux filles... Il était servi. Son regard glissa des yeux de la jeune fille à ses superbes lèvres, glissant lentement vers son décolleté. Se rendant finalement compte que son regard n'avait rien à faire là, il le détourna, toussotant violemment. Détourner un peu le sujet... Ne pas passer pour un violeur! Ca serait mauvais pour sa réputation déjà très peu reluisante.

-Hum... En fait j'allais à ma chambre... La numéro 26 si je me souviens bien. Et heu... Tu allais où, toi..?

Ce qu'il pouvait avoir l'air stupide quand il s'y mettait. Et l'Entité qui ne parlait pas, qui le laissait SEUL face à un monde qui ne lui voulait que du mal... Et si derrière ses apparences d'ange cette fille était une sadique..? Elle pouvait très bien essayer de le briser...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Folie et décadence schizophréniques. [Libre] Ven 2 Sep - 21:19

Ne pas crier, et rester immobile face au regard du jeune homme qu'elle venait de déranger. Il avait fait un sursaut si grand se redressant avec une rapidité qu'elle c'était pétrifiée comme face à une menace. Une mauvaise habitude qu'elle avait de restée figée avant de fuir, vraiment si quelque chose un jour nécessitait de réagir de suite il faudrait qu'elle réussisse à se ressaisir plus rapidement. Le regard du jeune homme était perturbant pour la jeune fille qui ne bougeait toujours pas, il semblait contrarié d'avoir été ennuyée. Elle voulait faire demi tour courir, partir, fuir mais était incapable du moindre mouvement comme si son corps ne répondait plus et qu'elle se trouvait encore une fois prisonnière d'elle même. Elle le regardait voyant son expression changer pour devenir lui aussi inquiet, elle respira calmement en l'écoutant essayant de ne pas paniquer plus que nécessaire et pourtant la luminosité diminuait rapidement.

Elle releva un sourcil interrogateur face à la façon d'appeler la personne devant lui et s’intéressant à la conversation en refoulant sa peur pour se concentrer sur les dires du garçon devant elle. Il croyait qu'il allait bien, mais son sourire était hésitant autant que le sien sans doute. Elle l'observait avec attention ses yeux s'égarant sur la silhouette qu'elle voyait à contre jour distinguant un peu mieux à chaque seconde qui passait les épaules et le corps du jeune homme. L'entendant toussoter elle rougit violemment et détournant les yeux se rendant compte qu'elle avait détailler le garçon sans sa permission. Espérant qu'il n'avait pas vue, elle se focalisa sur ses paroles, comprenant les mots sans que cela ne fasse tilt dans sa tête.

« Enchantée de te rencontrer Frédérick, je m'appelle Kaori, Kaori Kirona, et on ne m'appelle pas, je suis bien souvent transparente et cela me convient bien... »

Elle rougit encore plus si c'était possible et baissa la tête, elle fixa ses bottines noires et s’absorba à les regarder, les trouvant parfaitement en accord avec la robe bleue qu'elle portait aujourd'hui. Elle éloignait son esprit de ces pensées dérangeantes et essayait de penser à tout sauf aux années de solitudes qui avaient été les siennes. Elle ferma les yeux et reprit contenance avant de relever la tête et lui sourit doucement.

« En fait, moi je voulais....J'ai oublié quelque chose en classe et je voulais le récupérer avant de retourner dans ma chambre...Mais la porte est fermée....Je vais devoir attendre demain »

Elle haussa les épaule en continuant de sourire pendant que dans sa mémoire enfin un déclic se faisait et qu’elle se souvenait que sa chambre portait aussi ce numéro, son sourire s’agrandissant. Elle avait donc devant elle son colocataire de chambrée et elle devait dire qu'il était plutôt mignon. Elle se mit une baffe mentale son sourire se figeant quand le soleil disparu derrière un bâtiment et la peur revint amplifiée par le noir environnant. Elle réalisa qu'elle était dans un couloir dans la nuit, seule avec une personne qu'elle ne connaissait pas et elle déglutit avec difficulté.

« Je....Enfin ça te dérange si on poursuit la conversation dans notre chambre.....Je crois qu'on partage la même.....La mienne c'est peu être aussi la 26.....Mais je n'aime pas......Pas du tout l'obscurité.....Tu veux bien m'accompagner ? »

C'était stupide mais elle pensait qu'elle aurait moins peur avec quelqu’un même une personne encore étrangère. Le monstre n'attaquait pas quand elle se trouvait en présence de son frère, peut être le jeune homme aurait le même mystérieux pouvoir. Elle fermait les yeux par moment, avant de les rouvrir en fixant avec anxiété derrière le garçon dans le fond du couloir l'apparition peut être de ce monstre qui la poursuivait. Elle ne pensa pas à vérifier sa clé dans sa poche si le même numéro que celui qui venait d'être dit figurait dessus.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Folie et décadence schizophréniques. [Libre]

Revenir en haut Aller en bas

Folie et décadence schizophréniques. [Libre]



           Page 1 sur 1
Sauter vers: