AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Ennui au parc [PV Allan]

AuteurMessage
avatar

Lily Berkelay
» Gloomy Spécial

» Messages : 534
» Popularité : 694
» Race : Fantôme
» Profession : Directrice

MessageSujet: Ennui au parc [PV Allan] Ven 5 Aoû - 19:27

Le parc était, comme à son habitude, peuplé d'une populace en tout genre. C'est dans ces endroits que les différentes classes sociales se réunissaient non pas pour partager leur vie avec les autres mais pour tout simplement montrer au monde ce qu'elles étaient. Les plus riches n'avaient personne au dessus d'eux. Très confiants, ils aimaient se montrer habillés des vêtements les plus couteux et les plus à la mode. À vue de nez, il semblait peu nombreux. La crise économique actuelle n'en était pas l'unique explication. Peu de personnes pouvaient se vanter d'être nées "riches". Non loin d'eux se baladaient les petits fils et petites filles à papa. Gâtés pourris jusqu'à la moelle, ils se plaisaient à regarder la foule de haut. Des péteux, rien de plus. Vient ensuite la classe moyenne. Peu de vêtements d'une valeur supérieure à 80 euros, il n'en reste pas moins que la mode est adressée à tous les publics. Simple mais beau. Appartenant à cette classe, Gabrielle était habillée d'une robe d'été blanche avec à sa taille un nœud bleu. Le col en v mettant en valeur la poitrine de la jeune fille, le vêtement part sa couleur ne portait en aucun cas atteinte à la pudeur. Cela aurait été différent si la robe avait été d'une couleur plus foncée. Ainsi, plus qu'à son habitude, Gabrielle avait l'apparence d'un ange pure et chaste. Comme toujours, les pervers essayaient de s'en approcher, mais le caractère violent que le bon Dieu lui avait offert remettait rapidement les choses dans l'ordre.

Perdue dans ses pensées, Gabrielle s'était posée sur un banc public aussi clair que l'était sa robe. Son chapeau de paille sur les genoux, elle fixait sans relâche la terre à ses pieds. En retraie, peu de visiteurs passaient devant elle. Qu'il était bon d'écouter les chants des oiseaux, le vent souffler sur les branches, et ressentir la chaleur du soleil sur tout son corps. Pour un mois de septembre, le temps avait plutôt était fort généreux. Quelques jours de pluie par-ci par-là afin de donner les éléments essentielles à mère nature, mais rien d'alarmant en soit. La fatigue de la rentrée lui fit fermer les yeux quelques minutes. Rien de bien extraordinaire; tous les adolescents étaient dans le même état qu'elle. Néanmoins, il ne fallait pas oublier que l'académie où elle se trouvait avait radicalement changé son mode de vie. Elle qui sortait souvent avec ses camarades lorsqu'elle était collégienne, voila qu'elle aimait rester seule quelques heures dans la journée. Peut-être est-ce le fait de vivre dans un pensionnat ? D'être toujours entourée que ce soit d'adultes ou de personnes de son âge? Le pensionnat avait ses défauts comme ses qualités. Néanmoins, elle ne regrettait pas son choix même si, et elle l'avait bien compris, celui-ci avait été quelque peu manipulé. Dédiée à être une vampire, la directrice n'avait reculé devant rien pour l'inciter à rentrer dans son établissement. Elle n'était pas la seule ! Tous les étudiants avaient eu le droit aux mêmes scénarios.... La pression était, depuis ce jour, constante. Elle ne veut plus être humaine ! Elle ne veut plus vivre une vie normale alors que son destin la prédestinait à quelque chose de plus intéressant. Elle voulait vivre comme ses arrières-arrières-grands parents, les derniers vampires de la famille. Elle le sentait au fond d'elle. Ce sang ne demandait plus qu'à renaitre. Son corps le désirait ardemment comme on désire un homme. Et chaque jour, de plus en plus.

Soudainement, Gabrielle ré-ouvrit les yeux. Combien de temps était-elle restée assise là ? Assez apparemment pour attirer de nouveau un gros pervers... L'air ahuri, il s'approchait pas à pas d'elle. Non loin, un couple d'amoureux se bécotait. Elle ne pourra pas leur demander assistance; elle devrait se débrouiller seule cette fois. Dans son cœur, ces gens là n'avaient plus aucune utilité et se devaient de mourir pour le bien de la société. Néanmoins, il ne semblait pas de cet avis. Comment allait-elle lui répondre à celui-là ? Une baffe ? Ses mains allaient finir par prendre la couleur des fraises des bois. Non, elle devait choisir mieux pour cette fin de journée. Arrivé à sa hauteur, Gabrielle refusa de le regarder et s'obligea à ne pas bouger. Avec douceur, le vieil homme s'assit à ses côtés. Vu l'odeur de ses vêtements, cet homme ne s'était pas lavé depuis un bon bout de temps. Écœurée, elle se demandait si l'un des professeurs ne pouvait pas se charger de son cas. Mais avait-il le droit de tuer leur proie ? Cela expliquerait les étranges disparitions...

"Bonjour ma petite. Dis moi, tu veux un bonbon ?"

"Ton bonbon, vieil homme, TU PEUX TE LE FOUTRE AU CUL !"

Le regard courroucé de Gabrielle effraya le vieil qui préféra s'attaquer à une victime plus innocente. Manque de chance pour lui, les jeunes filles étaient toutes accompagnées. Ce soir, il disparaitrait. Du moins, elle le souhaitait.


_______________________
« Make a wish... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Allan Y. Carter
» Gloomy Spécial

» Âge : 26
» Messages : 585
» Popularité : 621
» Race : Humain
» Profession : Sixième année
» Absence : Aucune

MessageSujet: Re: Ennui au parc [PV Allan] Ven 5 Aoû - 21:23

La rentrée, ce qu’elle impliquait, son nouvel établissement… Tant de choses avaient changées cette année. Toutes ces nouveautés formaient un amas de questions dans sa tête. Il fallait qu’il fasse le vide dans son esprit. Et pour cela, il n’y avait qu’une seule chose à faire : sortir de l’académie et aller se promener. Il savait que le simple fait de sortir de l’académie lui changerait les idées. Voir toutes ces têtes de zombies… Et surtout sentir cette présence qui émanait de la directrice… Bref, il était décidé et passa donc la porte de l’établissement. Cette dernière action le rendant plus actif et moins stressé, il marcha à travers Londres pendant une durée qui lui était totalement inconnue.

Maintenant qu’il était plus serein, il remarqua que le temps était plus qu’agréable. Une légère brise traversait se chemise blanche, se faufilant le long de son corps. Un jean noir pour contraster, une ceinture blanche et des chaussures montantes blanches. Il se retrouvait enfin, non pas que l’uniforme qu’il portait lui déplaisait mais pouvoir s’habiller comme il le désire lui avait manqué. Il se sentait à nouveau lui-même. Toujours le sourire aux lèvres, il continuait de marcher, profitant de cette belle journée de septembre. Il lui était presque sorti de la tête que son inscription dans cet établissement n’était en aucun cas un choix, plus une supercherie du destin.

Après un certain laps de temps, Allan s’arrêta. Il venait d’arrivé devant le parc. En cette si belle journée, pourquoi ne pas y faire un tour ? Et puis, l’atmosphère dans ce parc était plus que joyeuse et appréciable. Cela ne ferait que l’aider à se changer les idées. S’allongeant dans l’herbe à l’ombre d’un arbre, il scruta autour de lui, juste pour vérifier qu’il ne gênera ou ne serait gêné par aucun autre. Il voulait que ce repos lui soit plus que bénéfique. Il se perdit de nouveau dans ses pensées. Ses ancêtres étaient donc des vampires… Ces créatures qui vous pompent votre sang jusqu’à la moelle ? Et son rôle était de « récupérer » ce gène perdu et ainsi devenir lui-même un vampire. Charmante proposition qui lui avait été faite. D’un côté, il devra quitter ses jours paisibles d’humain, et qui sait, peut-être sa famille. Mais d’un autre côté, il était incroyablement excité de ce qui lui arrivait. Il se sentait comme s’il avait été « élu » pour cette mission. De plus, les capacités physiques des vampires sont supérieures à celles des humains, cela pourrait jouer en sa faveur. Pouvoir être différent des humains. Certes ce n’était pas son but principal mais la curiosité s’éveillait en lui. Lui qui n’avait jamais été réellement passionné par les cours et c’était toujours servi de cette facilité aurait un nouveau défi. Voilà qui promettait.

Soudain, un son le sorti de cette état de transe dans lequel il était plongé. Une voix de femme ? Comment le savoir ? Le cri, si on peut l’appeler ainsi, semblait provenir de derrière l’arbre sous lequel il s’était abrité. Il avait entendu clairement la phrase. Se foutre un bonbon au cul, élégante manière de parler pour une demoiselle. Et pourtant, cela l’amusait. Se relevant rapidement, il courut de l’autre côté de l’arbre pour vérifier si ce qu’il pensait était vrai. Et ce fut le cas. Un homme assez âgé, d’allure peu soignée se levait du banc sur lequel était assise une ravissante jeune fille. Une robe blanche assez décolleté pour mettre en valeur ses alléchantes formes, un chapeau de paille posé sur les genoux et un visage angélique. Le genre de fille qu’un sale pervers viendrait embêter. Et bien il semblerait que ce vieil homme ait eu la plus grande surprise de sa vie. C’est vrai, qui pourrait penser qu’une jeune fille ayant l’air si calme et docile puisse agir de cette façon ? Il fallait tout de même s’assurer que tout était en ordre.

S’avançant rapidement vers le banc, Allan balbutia quelques mots. Il est vrai qu’ouvrir une conversation n’était pour le moins pas dans ses habitudes :


« Est... Est-ce que ça va ? Tu n’es pas blessée ? »
*Mince, je l’ai tutoyé directement, quelques manque de politesse*
« Je veux dire vous, vous n’êtes pas blessée ? »


De près, elle était encore plus belle. Totalement son type, pas étonnant qu’elle ait des ennuis avec de tels individus. Ses yeux enfantins contrastaient avec son corps de femme. Mais il ne fallait pas qu’il ne s’entiche ou autre. Bien que ses hormones lui sommaient de se rapprocher, sa tête l’en empêchait. En effet, quand bien même il arriverait à se lier avec elle, qu’adviendrait-il de cette relation après sa transformation ?
Envouté, si on peut le décrire de cette façon, il regardait la jolie demoiselle droit dans les yeux.


[HS: Je suis absent demain :p donc je répondrais surement dans la soirée/ nuit de samedi à dimanche ou dimanche :p]

[HS2: Pas trop mauvais j'espère :s]

[Les phrases entre * indiquent les pensées :D (Un peu comme dans la plupart des forums RP :D]

_______________________

~Join the Pedobear Army~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lily Berkelay
» Gloomy Spécial

» Messages : 534
» Popularité : 694
» Race : Fantôme
» Profession : Directrice

MessageSujet: Re: Ennui au parc [PV Allan] Sam 6 Aoû - 13:00

Tout semblait s'être terminé dans le calme. Mais sereine, Gabrielle ne l'était pas. La rage qui bouillonnait de son cœur avait fait surface à nouveau. La main posée contre sa poitrine, la jeune fille essayait tant bien que mal de se calmer. Elle ne supportait plus cette situation. Elle ne supportait plus les hommes qui prenaient les jeunes filles pour des objets ! Elle ne supportait plus cet état qui s'aggravait de jour en jour. Ses ancêtres étaient à ce point haineux ? Elle ne faisait que haïr depuis son entrée à l'académie il y a à peine une semaine; elle n'en pouvait déjà plus. Toujours joyeuse, toujours appréciée par ses attitudes de gros bébé, Gabrielle n'arrivait plus à se reconnaitre à présent. Sa vie tournait autour de l'académie et de son extraordinaire secret maintenant. Elle ne pensait plus à rien d'autre, comme hypnotisée. Son cœur fit un bon douloureux. Elle le désirait. Elle désirait faire payer à cet homme. Sa bouche s’entrouvrit légèrement laissant apparaitre des dents tout à fait normales pour une humaine. Encore ce réflexe. Mais pourquoi l'harceler alors qu'elle n'a pas été transformée ? Gabrielle avait des bases pour se défendre mais pas assez pour mettre KO un homme; même de cet âge ! Il fallait penser à autres choses lui conseiller ses amis de l’académie. Plus facile à dire qu'à faire !

« Est... Est-ce que ça va ? Tu n’es pas blessée ? Je veux dire vous, vous n’êtes pas blessée ? »

Un peu trop poli pour son âge; surtout qu'elle le connaissait. En effet, Gabrielle l'avait déjà repéré avec quelques-unes de ses amies lors de leurs séjours dans le parc de l’académie. Un sourire vint illuminer son visage. Son look n'était pas bien différent de l'uniforme scolaire. Ainsi, ses amies et elle avaient vu juste; en plus d'être un petit peureux, il était un gars un peu coincé. Chemise par ci, chemise pas là. Ne portait-il que ça ? Gabrielle n'avait rien contre les chemises, du moins, celles qu'elle pouvait emprunter à ses petits copains. Mais de là à en avoir une étagère complète. Qu'importe ! Gabrielle n'était pas là pour rabaisser ce garçon. Et ce garçon n'était pas là pour s'en prendre plein la tronche; ce n'était pas correct ! Néanmoins, elle ne pouvait cacher son étonnement. Elle le connaissait, ou pour être plus exactement, il était connu pour ne pas être un grand courageux dans l'académie. Lors des passages de la directrice dans les couloirs, on sentait bien qu'il n'était pas à l'aise. C'est d'ailleurs étrange que la directrice passe souvent lorsqu'il est présent. Aurait-elle trouvé un nouveau jouet dans cette académie parfois bien calme ? Qui sait ? La directrice est le mystère incarné.

"Je te remercie pour ton attention mais ce n'est pas la peine de me tutoyer. Nous avons un peu près la même tranche d'âge et nous faisons partie de la même académie. Enfin, c'est toi qui voit !"Dit-elle chaleureusement.

Délicatement, Gabrielle déposa son chapeau sur le haut de la tête. La couleur de la paille était en symbiose avec celle de ses cheveux. Voila ! À présent, elle faisait petite fille des champs ! C'est par ce stratagème qu'elle s'occuperait de ses proies. Elle n'allait pas venir à eux, non. Ce sont eux qui allaient venir à elle ! Et le parc était un endroit propice pour ce genre de chose, la preuve. Néanmoins, elle n'était pas folle pour s'attaquer aux pervers du coin. L'idée même de déposer ses canines délicates sur le coup de ce genre d'homme lui donnait des haut-le-cœur. Non, elle s'attaquerait plutôt à des bels hommes en soif de réussite, toujours bien habillés, et surtout élégants ! Ça doit courir les rues près des banques et des grandes entreprises. Bien évidemment, elle ne les tuerait pas. Ce sort, elle le réservait aux pervers. Un blanc s'installa. Un blanc oppressant que la jeune fille finit par rompre.

"Je sais que cela peut paraitre malvenu de ma part mais on raconte que tu as peur de la directrice... C'est vrai ?"


[HJ/ Il n'y a pas de problèmes ! Je suis moi-même absente toute l'après-midi ! Et ton rp est bon, ne t'en fais pas ! xD]

_______________________
« Make a wish... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Allan Y. Carter
» Gloomy Spécial

» Âge : 26
» Messages : 585
» Popularité : 621
» Race : Humain
» Profession : Sixième année
» Absence : Aucune

MessageSujet: Re: Ennui au parc [PV Allan] Dim 7 Aoû - 19:55

Elle sourit. Ça lui allait réellement bien. Comme il le pensait, c’était un véritable ange. Et son sourire n’allait pas arranger les choses. Le jeune homme rougit à la découverte d’une telle beauté. Un véritable diamant. Elle lui adressa la parole. La même tranche d’âge ? C’est vrai que ce sourire que était apparu lui donnait un air bien plus jeune. Et ses yeux reflétaient une innocence presque pure… L’innocence de la jeunesse. Eh bien, suite à sa demande, il arrêterait de la vouvoyer. Cependant, le fait qu’elle dit être dans la même académie que lui l’intrigua. Il ne lui semblait pas l’avoir déjà croisé. Et pour sûr, il se rappellerait de cette bouille s’il l’avait déjà croisée. Cela ne pouvait dire qu’une chose… Il était connu dans l’établissement. Mais pour quelles raisons ? Quelle était sa réputation ? Son but n’était en aucun cas d’être connu mais il était bien curieux de savoir pourquoi elle semblait le connaitre mais pas lui… De plus, s’ils étaient dans le même établissement, cela changeait complètement la donne… Elle était aussi une descendante de vampires. Elle serait donc elle aussi transformée à la fin. Il pouvait donc se lié d’amitié, voire plus, avec elle. Cette révélation lui fit chaud au cœur. Un sourire se dessina sur le visage du futur vampire. Les nombreuses interrogations qu’il avait concernant sa « réputation », si on peut l’appeler ainsi, eurent toutes les réponses qu’il attendait. Et ce, en une seule et unique phrase :

« Je sais que cela peut paraitre malvenu de ma part mais on raconte que tu as peur de la directrice... C'est vrai ? »


Voilà, il connaissait à présent la vérité. S’il était connu, c’était pour sa peur bleue des fantômes. C’était totalement ridicule et déraisonnable mais il était apeuré rien que par la nomination de ces entités spectrales. Que devait-il répondre ? La vérité ? Mais cela ruinerai totalement l’image qu’elle a de lui. Elle se moquerait et toutes l’académie serait surement mise au courant. Après tout, que savait-il d’elle ? Elle était peut-être ce genre de fille commère et curieuse. Cependant, son visage lui faisait hésiter. Et s’il mentait ? Non, il ne sait pas mentir, ça se lirait facilement sur son visage. Raconter des bobards n’était ni dans ses habitudes, ni dans ses moyens. Et bien il ne lui restait qu’à dire la vérité.

« Euh… Et bien… C’est assez… compliqué… Je veux dire… Tu… Promets-moi de ne pas te moquer… Je… »
*Pourvu qu’elle ne se moque pas*
« J’ai peur des fantômes depuis que je suis petit… C’est à cause d’une histoire idiote que m’a raconté mon père lorsque je n’avais que 3 ans… C’est certainement ridicule mais juste entendre le mot fantôme ou spectre me donne des frissons. Alors sentir sa présence, la voir et passer si proche… »


Il lui avait donc tout dit. Il espérait qu’elle ne se moquera pas. Il savait qu’elle allait rire. Mais espérait simplement que ça ne le suivrait pas tout le long de sa scolarité. Il ne voulait pas être réellement connu. Et encore moins si c’est pour avoir cette réputation d’homme le plus peureux. Plus il y pensait et plus ça lui paraissait bizarre… Ne pas aimer les fantômes mais ne pas avoir peur des vampires et autres zombies… Et plus il repensait à cette conversation, plus il se sentait impoli…

« Désolé, j’ai oublié de me présenter… Je suis Allan. Allan Yoshihiro Carter. »
Baissant le haut de son corps pour saluer à la manière des japonais, il continua :
« Ravi de faire ta connaissance. »

*Ce qui est fait est fait. Tous ce que je peux faire maintenant, c’est me montrer calme et continuer à lui parler, peut être que je suis son type aussi, qui sait.*


Relevant la tête, il attendait la réaction de son interlocutrice. Sa peur pour les fantômes allait surement la faire fuir mais bon, il ne pouvait lui mentir.


[HS: Bon je reprends ma fiche :p]

_______________________

~Join the Pedobear Army~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lily Berkelay
» Gloomy Spécial

» Messages : 534
» Popularité : 694
» Race : Fantôme
» Profession : Directrice

MessageSujet: Re: Ennui au parc [PV Allan] Dim 14 Aoû - 14:07

[HJ/ Encore désolée pour le retard. Je n'ai pas eu une seconde à moi cette semaine ! >w<]

Une simple question avait réussi à retourner le jeune adolescent. Évidemment, la réponse allait de soit. Si Gabrielle lui avait posée, c'est qu'elle se doutait déjà de la réponse qu'il allait donner. Elle était comme ça la petite Gaby : provocante. Elle aimait torturer psychologiquement ceux et celles qu'elle avait dans sa ligne de mire. Néanmoins, elle ne franchissait jamais la limite qu'elle s'était fixé. Ce genre de chose devait mener à la rigolade, et non à la moquerie. Pour en revenir à Allan, celui-ci hésitait. Allait-il lui mentir, lui trouver une excuse ou bien lui avouer tout simplement la vérité ? Bon moyen de connaitre une personne : La questionner sur sa phobie. Avait-elle de son côté une phobie ? Bien évidemment que oui ! Tout le monde en avait une, que ce soit consciemment ou inconsciemment ! Véritable handicap pour certain, petite faiblesse pour d'autre, c'était un bon moyen pour ramener tout le monde à la réalité de la vie ! Pour elle, c'était surement les araignées et le vide. Bien entendu, elle n'allait pas hurler comme une dératée devant ces bestioles ou en haut de la tour Eiffel. Mais l'idée d'avoir sur elle ces insectes ou de contempler d'en haut tout Paris lui donnait les pires frissons. Des phobies qui restaient banales en soit. Tout comme les fantômes ! Qui n'a pas eu la chair de poule lorsqu'il a apprit que la directrice était un fantôme, les concierges des zombies, et les professeurs des vampires ? Mais au fil du temps, l'habitude a fait que les plus peureux ont été rassurés. Enfin, les plus peureux à part Allan...

« Euh… Et bien… C’est assez… compliqué… Je veux dire… Tu… Promets-moi de ne pas te moquer… Je… J’ai peur des fantômes depuis que je suis petit… C’est à cause d’une histoire idiote que m’a raconté mon père lorsque je n’avais que 3 ans… C’est certainement ridicule mais juste entendre le mot fantôme ou spectre me donne des frissons. Alors sentir sa présence, la voir et passer si proche… »

Gabrielle se retourna. Rire devant ce pauvre enfant aurait été bien cruel. Non pas qu'avoir peur des fantômes était une honte en soit, mais savoir que la directrice s'en était elle-même aperçu et en profitait menait à l'hilarité. Alors ses amies et elle avaient vu juste. Ces venues parfois inexpliquées et ces petits bruits bizarres, et ça, toujours en présence d'Allan s'expliquaient enfin ! Que cette directrice pouvait être cruelle par moment ! Mais qu'avait-il pu bien lui arriver ? Il ne semblait pas que sa peau (si on peut utiliser ce terme), soit coupée, ou bien même écorchée. Peut-être une balle dans le cœur ? La perforation pourrait être cachée par ses vêtements ? Vêtements qu'elle change régulièrement d'ailleurs... Vraiment étrange comme fantôme... Peut-elle dormir ? Peut-elle rêver ? Ressentir la tendresse des gens qui l'aiment ? Elle aimerait lui demander un jour... Comme elle a déjà demandé à Nar ce que c'était d'être un vampire. Nar... Quel homme fabuleux... C'était l'une des raisons qui la poussait à être un vampire. Elle le voulait pour elle ! Quel est le meilleur moyen que l'éternité ? Une fois son fou rire estompé, Gabrielle sécha avec la paume de la main ses larmes. Elle avait réussi à en pleurer. Pauvre Allan, il devait se sentir ridicule. Et les passants devaient penser la même chose.

"Excuse moi ! Ta peur pour les fantômes est tout à fait compréhensible. Néanmoins, je pense que la directrice a compris qu'elle te faisait de l'effet. Et c'est ça qui est assez drôle. Elle ne te lâchera pas !" Dit-elle en rigolant de plus belle. "Mais tu es mignon lorsque tu es gêné. Ça doit être ça qui l'attire à ce point." Lâcha-t-elle avant de l'embrasser sur la joue. "Je m'appelle Gabrielle. Mais tu peux m'appeler Gaby !"


_______________________
« Make a wish... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Allan Y. Carter
» Gloomy Spécial

» Âge : 26
» Messages : 585
» Popularité : 621
» Race : Humain
» Profession : Sixième année
» Absence : Aucune

MessageSujet: Re: Ennui au parc [PV Allan] Dim 14 Aoû - 19:29

Peur des fantômes… A son âge, il fallait le faire. Surtout après avoir passé autant de temps dans cette académie, en présence de la directrice. Mais il n’y pouvait rien. Il tentait de cacher cette phobie mais c’était plus compliqué qu’il n’y parait. Après avoir révélé la vérité à la jeune fille, il observa la réaction de la belle femme. Celle-ci se retourna et éclata de rire.

*Et bien, à quoi est-ce que je m’attendais ? Cette phobie ne pouvait créer qu’un fou rire chez les personnes qui apprennent la nouvelle.*

Elle en riait tellement qu’on pouvait voir les larmes coulées de ses beaux yeux. Certes elle avait eu la délicate intention de ses retourner, évitant ainsi de lui rire au nez mais tout de même, il était maintenant mal à l’aise. Tentant de cacher ce mal être, il avait un sourire, faux certes, mais totalement en accord avec lui-même. Ce sourire fictif qui, comme à son habitude, permettait de cacher les réels sentiments qu’éprouvait le jeune brun. Une honte sans mesure s’emparait de lui. Il en était sûr, il devait être le seul de l’établissement à avoir peur des spectres et de ce fait, peur de la directrice. Ou du moins, il était le seul à temps le montrer. D’ailleurs, en y repensant, il remarqua que la directrice se montrait souvent en sa présence. Coïncidence ? C’était possible. Mais il pensait plus que c’était voulu. Après tout, elle vivait déjà depuis un moment et donc, pourquoi ne pas profiter de la distraction qu’entrainait la réaction du jeune homme lors de l’apparition du spectre.

Lorsqu’elle eut fini de rire, il eut la validation de son hypothèse. En effet, la jeune femme avait elle aussi remarqué que la directrice se jouait de lui. Et c’est justement ce qui l’amusait. Les actions de cette directrice sadique étaient drôles à ce point ? Il faut dire qu’être la cible de ces actions ne rendait que plus difficile à concevoir l’hilarité de cela. Et pourtant, il réussit à comprendre cela. Un véritable sourire vint alors se dessiner sur son visage.


« Mais tu es mignon lorsque tu es gêné. Ça doit être ça qui l'attire à ce point. »

Elle le trouvait donc mignon. Lorsqu’il était gêné certes mais mignon quand même. Et cela lui faisait chaud au cœur. Il était heureux qu’une telle fille le trouve mignon. Il n’était pourtant pas le genre de Bad Boy qu’apprécient les filles en général. Et juste après cela, la jeune fille l’embrassa sur la joue. Sous le choc, Allan posa sa main gauche sur la joue fraichement embrassée et rougit. Il savait éperdument qu’il rougissait. Et ne pouvait ni ne voulait même pas s’empêcher de rougir. Elle s’appelait Gabrielle. Un bien beau nom. L’ange Gabrielle. Ça collait parfaitement à son visage. Il était réellement entré dans un état second. Reprenant ses esprits, il continua la conversation :

« Eh bien… Gaby ? Tu es dans la même académie c’est ça ? Et pourtant, je ne t’ai jamais croisée. Dans quelle classe es-tu ? Et quel âge as-tu ? »
*C’est bizarre, il semble qu’elle m’ait déjà croisée mais ce n’est pas mon cas. Quand est-ce que ça s’est passé ?*


_______________________

~Join the Pedobear Army~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lily Berkelay
» Gloomy Spécial

» Messages : 534
» Popularité : 694
» Race : Fantôme
» Profession : Directrice

MessageSujet: Re: Ennui au parc [PV Allan] Ven 19 Aoû - 1:23

Contempler une jeune fille rougir était quelque chose de tout à fait adorable. Généralement, elle ne s'en apercevait pas elle-même. C'était son interlocuteur qui lui en faisait la remarque. Joues rosies, regard brillant, mains qui tremblotent, les symptômes classiques de la gêne et du plaisir mélangés. Pour les garçons, ce n'était pas la même chose. Peu enclin à dévoiler aux grands jours leurs sentiments, ils s'obligeaient à baisser la tête, ou à la mettre sur le côté. Fierté masculine ? Timidité excessive ? Qui peut véritablement trouver la réponse ? Néanmoins, on dénichait toujours une exception, et Gabrielle l'avait trouvée. Allan n'était pas le genre de garçon à cacher ses sentiments. Certes d'une frousse, pour certains, déconcertante, il n'en restait pas moins doté d'un grand courage dans les relations humains. Une simple main sur la joue en signe d'étonnement et peut-être de gêne, mais rien pouvant passer pour une quelconque fierté masculine. Si elle avait été célibataire, la jeune fille se serait surement intéressée à lui. Néanmoins, le destin avait fait que les deux êtres ne seraient jamais plus que de simples amis. Le bisou n'était cependant pas regretté. Elle aimait montrer son amour auprès des nombreux garçons et filles qu'elle fréquentait. Un câlin par-ci, un câlin par là. Elle était aimée et haïe pour cela. Quiconque avait besoin de tendresse la portait en affection. Quiconque rejetait toute once d'enfantillage ou de niaiserie la rejetait tel un virus qu'il valait mieux éviter. C'est ainsi que Gabrielle s'était forgée une réputation dans l'académie. L'amour qu'elle portait pour elle expliquait ce caractère aimant mais aussi protecteur envers sa propre personne. Elle fut donc bien étonnée lorsque le jeune garçon continua la discussion.

« Eh bien… Gaby ? Tu es dans la même académie c’est ça ? Et pourtant, je ne t’ai jamais croisée. Dans quelle classe es-tu ? Et quel âge as-tu ? »

Ainsi ne l'avait-il jamais vue dans les couloirs ? N'avait-il pas entendu parler de la Gabrielle donneuse de câlin ? N'était-elle pas assez voyante malgré sa chevelure bleu ciel ? Non, c'était évidemment impossible ! Elle était populaire ! Enfin, elle le croyait... Elle irait s'en informer auprès de ses camarades de classe. Le problème était néanmoins toujours là ! Elle l'avait connu pour une bonne raison : sa peur pour les fantômes et plus précisément la directrice. Peut-être était-ce ça !? Lors de ses nombreuses marches dans les couloirs, la directrice n'était jamais très loin. L'attention du garçon avait dû être portée inévitablement sur la directrice. Soulagée par cette solution qui avait tout son sens, elle ne se risqua pas à expliquer le pourquoi du comment à ce pauvre Allan, encore traumatisé par sa moquerie d'il y a à peine 10 minutes. Non ! Pour la première fois de sa merveilleuse vie, elle devait faire preuve de maturité et de sérieux. Pas que la petite Gaby ne le soit jamais ! Mais elle privilégiait les moments où elle pouvait sans honte Néanmoins, elle allait devoir faire un effort. Quelle image aurait-il d'elle ? Peut-être celle d'une demoiselle superficielle ? Ou bien l'image d'une fille sans gêne. Beurk ! Autant l'insultée de cas social ! Quelle horreur !

"Je suis encore collégienne ! Cela explique peut-être le pourquoi du comment. Mais l'année prochaine, je rejoins les grands. Seize ans ! Il serait tout de même temps" Souffla-t-elle dévoilant au grand jour son impatience de grandir. Paradoxe entre ce qu'il y a été décri au dessus, vous ne trouvez pas ?

_______________________
« Make a wish... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Allan Y. Carter
» Gloomy Spécial

» Âge : 26
» Messages : 585
» Popularité : 621
» Race : Humain
» Profession : Sixième année
» Absence : Aucune

MessageSujet: Re: Ennui au parc [PV Allan] Sam 20 Aoû - 16:41

Allan cherchait encore comment il avait pu la manquer. L’ange Gabrielle était pourtant quelqu’un qui sortait du commun. Non seulement pour ses cheveux bleu ciels, cheveux qui semblaient naturellement teintés ce qui était assez troublant, mais aussi pour la joie de vivre dont elle a fait preuve depuis le début. Elle ne semblait pas être le genre de fille a passée inaperçu… Ne l’avait-il jamais croisé dans les couloirs ? Dans la cour peut-être ? Il tentait de retracé tout son parcours depuis son arrivée à l’académie, cherchant le moindre indice qui pourrait lui rappeler le moment où ils se seraient croisés. Son arrivée… Sa visite de l’académie… Ses premiers jours à l’académie et ses balades dans les couloirs, ses nombreuses confrontations avec la directrice… Trop nombreuses. En effet, il avait beau se creusé la tête et faire fonctionner ses méninges, malgré ses facilités à mémoriser, il ne se souvenait pas avoir croisé une telle fille. Pour tout vous dire, il ne se rappelle presque que ses rencontres avec le fantôme. Il la croisait presque tout le temps qu’il sortait de sa chambre. Elle profitait donc réellement de la situation pour jouer avec lui. C’était réellement déplaisant… Au fur et à mesure qu’il faisait fonctionner ses méninges, une histoire lui revint en mémoire. Il avait finalement bien entendu parlé d’une Gabrielle. Une fille qui distribuerait câlins et bisous à tout va. Si ses souvenirs étaient bons, elle était plus jeune que lui. C’est vrai qu’elle semblait bien jeune. Enfin, qui était-il pour juger de vue l’âge des gens ? Il ne faisait pas très vieux non plus. Enfin bref, là n’était pas la question. Il savait maintenant pourquoi elle le connaissait et semblait la connaitre de nom. Cependant, était-ce réellement elle ? Bien que le fait qu’elle ait donné un baiser à un inconnu puisse valider l’hypothèse, il n’était pas sûr à 100%.

Il avait comme qui dirait eu sa réponse. Elle était encore au collège, et donc plus jeune que le cher Allan. Cela pourrait être aussi une raison pour laquelle il ne semblait pas se rappeler l’avoir déjà croisé, en plus de la présence de la directrice. L’année prochaine elle rejoindrait les grands ? Les grands ? Et bien, il lui semblait qu’elle était pressée de rejoindre le lycée. Ce n’était pourtant pas si changeant… Il devait maintenant confirmer son hypothèse de départ concernant Gabrielle :


« Maintenant je me souviens avoir entendu parler d’une Gabrielle. Une jeune fille qui donnerait des câlins à tout bout de champ et qui ne passerait pas inaperçue dans les couloirs. Est-ce que c’est toi ? Je dis ça car tu ne sembles pas être le genre de fille à avoir la langue dans sa poche. Il faut dire que tu es très vivante, c’est assez agréable » dit-il, le sourire aux lèvres.
*Pourquoi est-elle si pressée de rejoindre le lycée ? Enfin, c’est sa vie, je ne devrais peut être pas demandé… Mais c’est quand même très… Bon je me lance.*
« Tu sembles avoir hâte de rejoindre le lycée. Pour quelles raisons ? Enfin, je sais que ça peut paraitre bizarre de la part d’un gars que tu viens de rencontrer mais pourquoi tu es si pressée de vieillir et passer dans le monde des « grands » ? Profites un peu de ta jeunesse ! »


Il pouvait parler plus aisément qu’au début. Il faut dire qu’il commençait réellement à s’habituer à la présence de l’ange.


[HS: J'espère que ça t'ira :s Je me sens un peu moins bon que dans le début :s ]

_______________________

~Join the Pedobear Army~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lily Berkelay
» Gloomy Spécial

» Messages : 534
» Popularité : 694
» Race : Fantôme
» Profession : Directrice

MessageSujet: Re: Ennui au parc [PV Allan] Mar 30 Aoû - 20:06

HJ/Moi, mon personnage est au lycée et non pas au collège, je me suis totalement gourée xD Mais je vais rattraper le coup \o

Lycéenne ! Cette année, elle l'était enfin ! Combien d'année avait-elle été traitée comme une enfant ? Combien de temps avait-elle connu des professeurs à la fois sur-protecteur et paranoïaque à l'idée qu'elle ne se perde entre l'établissement et la bibliothèque municipale? Les professeurs français étaient d'un lourd qu'elle avait bien du mal à supporter, elle qui, amoureuse de la liberté, se plaisait à le montrer en toute occasion. Mais pourquoi avoir dit au jeune homme qu'elle était encore collégienne... Quelle absurdité ! N'était-ce pas un lapsus révélateur ? Peut-être ne se considérait-elle pas comme une lycéenne à part entière ? Ou bien n'avait-elle pas encore eu ce qu'elle attendait du lycée : Une prise au sérieux de l'étudiant. Quoi que... Avec le beau vampire Nar... À ses côtés, elle se sentait femme, elle se sentait libre, elle se sentait appréciée. Une groupie ! Elle était tout simplement une groupie aux yeux de ce beau vampire. Surprenant lorsqu'on sait la jeune Gaby très fière ! Jamais elle ne s'est jetée aux genoux des garçons ! C'était elle qui jouait avec eux. Non... Cet homme... La relation avec cet homme était évidemment bien différente des autres. Il avait ce petit quelque chose qu'elle appréciait. Mais quoi ? Elle même n'en savait rien... Peut-être était-ce sa manière de lui résister ? Un homme qui craque facilement n'était pas intéressant ! Il n'y avait pas de jeu, pas de romance, pas de doute... Des relations bien ennuyeuses en soit. Alors que lui, même si elle se doutait de l'intérêt qu'il lui portait, ne lui montrait pas. Ce n'est pas de l'amour. C'est autre chose. Bien évidemment, Gabrielle peut rapidement devenir un poids pour lui, mais de ce poids, il en a besoin. Voila toute l'étrangeté du comportement humain. On n'apprécie pas quelque chose, néanmoins, on ne cesse de le demander encore et encore. Pour en revenir à la petite gaffe de notre lycéenne, Gabrielle en avait bien honte. Comment expliquer cette erreur ? Elle allait sans nulle doute passer pour une idiote alors que jusqu'ici, elle avait montré beaucoup de confiance...

"Pardonne moi, je me suis trompée... Je suis lycéenne. Mais l'attitude des professeurs ne me le montrent tellement peu que j'ai bien du mal à m'en rendre compte... Tu dois me prendre pour une idiote, n'est ce pas ?" Marmonna la douce Gaby tout en faisant la moue.

Attaque ultime ! Si elle avait été un pokémon, cette attaque lui aurait permit d'aller directement en ligue ! Personne ne pouvait résister à ce visage à la fois si triste et perdu. Non. Un homme comme Allan allait forcément tomber dans le piège que lui tendait l'araignée. Non pas qu'il était faible; loin de là ! Mais il avait ce petit quelque chose qui était tout simplement la gentillesse. Gabrielle ne tombait pas uniquement sur des pervers en soif de chair fraiche. Elle savait parfois dénicher des hommes tout à fait remarquable dans leur façon d'être et de penser. Une fois la moue disparue de son visage, Gabrielle sourit de nouveau au jeune garçon. Qu'elle était fière de son physique. Il n'était pas parfait. Elle n'était pas fait pour le mannequinat, mais elle avait un don pour séduire les gens. Enfin... Les gens dit "normaux". Les sans-cœurs, elle préférait ne pas avoir affaire à eux...

_______________________
« Make a wish... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Allan Y. Carter
» Gloomy Spécial

» Âge : 26
» Messages : 585
» Popularité : 621
» Race : Humain
» Profession : Sixième année
» Absence : Aucune

MessageSujet: Re: Ennui au parc [PV Allan] Ven 2 Sep - 20:59

Habitué à la présence d’une personne ? En si peu de temps ? Pour sûr, elle avait le don de le mettre à l’aise. Et pour dire vrai, il aimait cette impression. Cela ne faisait que quelques instants qu’il avait fait la rencontre de Gabrielle et pourtant il l’appréciait déjà énormément. Son naturel et ses mimiques en faisant une fille réellement intéressante. Jeune et hâte de vieillir. C’était devenu courant parmi les filles du monde… Donner une impression de maturité et avoir le corps qu’elles veulent. La société de nos jours avait transformée les fillettes en jeunes femmes. Et Gaby faisait surement partie des jeunes filles à qui cela allait réellement bien. On pouvait remarquer qu’elle appréciait grandement son physique. En même temps, qui ne l’apprécierait pas ? De belles formes, un beau visage, tout ce qu’il faut pour séduire. Il était presque tombé sous le charme. Dommage qu’elle était encore au collège. Il était rare pour les lycéens de l’académie de parler aux collégiens. Et bien tant pis. Il lui parlerait et se moquerait des dires dans son dos. Après tout, ils avaient tous deux un but commun : devenir des vampires. Enfin il n’était pas là pour penser à une quelconque relation. Certes elle était très belle, mais elle devait surement avoir un petit copain. Et puis elle était toujours au collège. Enfin, c’est ce qu’il pensait, jusqu’à ce que celle-ci éclaircisse un malentendu :

« Pardonne moi, je me suis trompée... Je suis lycéenne. »

Elle était lycéenne ? Elle ne faisait réellement pas son âge. Le physique collait totalement avec une collégienne. Et bien il avait peut-être une chance. Surtout avec ce qu’il appris après : Les professeurs ne lui donnait pas l’impression d’être une lycéenne. Elle était donc à la recherche d’une reconnaissance différente de la part de son entourage. Ne plus la considérer comme une gamine, la laisser faire ses propres choix et ses propres erreurs. Voilà ce qu’elle attendait des autres. Et bien, de toutes manières, cette nouvelle n’influerait en rien ses actions. Allan l’aurait considérer de cette façon quoi qu’il arrive. Simplement, cela pourrait jouer comme un petit plus pour lui. Mais… Pourquoi pensait-il comme ça ? Sons sens de la logique aurait-il pris le dessus sur son humanité ? Il ne fallait pas. Elle était humaine et en tant que telle, il ne devait pas penser à une quelconque stratégie en parlant avec. La suite de son discours était tout autre :

« Tu dois me prendre pour une idiote, n'est ce pas ? »

A l’écoute de ces mots, le jeune brun baissa la tête, posa la main droite devant ses lèvres, les doigts appuyés sur ses joues et se mit à rire. En relevant la tête pour lui faire face, il fit signe que non de la tête, main droite toujours devant sa bouche. Penser qu’elle est idiote ? Jamais il n’oserait juger une personne ainsi. Encore moins quelqu’un qu’il vient de rencontrer. Enlevant sa main droite, il dévoila son sourire. Il s’approcha de la belle, plus confiant :

« En aucun cas, tu me semblait pressée d’atteindre le lycée et pourtant tu t’es rajeunie. Tu as réellement l’impression d’être considérée comme une enfant par les professeurs de l’établissement ? Et alors ? Tu es une lycéenne à part entière et pour ça, il faut que tu le montres. Il faut que tu t’assumes. »

Allan fouilla dans sa poche, sortant un billet de 10 pounds. Il sourit et regarda la douce Gaby :

« Je t’offre un truc pour fêter ton entrée au lycée, je vais te montrer une boutique que tu devrais adorée. Enfin, si tu es d’accord. »

Montrant encore plus son visage d’ange, Allan exposa au monde toute sa gentillesse et sa générosité en une seule mimique. Il tendit la main à son interlocutrice, le visage rayonnant d’espoir.

_______________________

~Join the Pedobear Army~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lily Berkelay
» Gloomy Spécial

» Messages : 534
» Popularité : 694
» Race : Fantôme
» Profession : Directrice

MessageSujet: Re: Ennui au parc [PV Allan] Dim 11 Sep - 16:53

HJ/ Bon, on va mettre un peu d'ambiance ! C'est trop bisounours pour moi tout ça xD

Gabrielle était un peu intriguée par la bonté du garçon. Ne devait-il pas devenir un vampire féroce, ou du moins craint par la plupart de ses congénères? Leur avenir était celui de devenir de redoutables vampires, respectés par les professeurs, mais aussi par tous les autres vampires de fin de générations. Il n'avait pas du tout le profil de ces êtres là... Gabrielle s'en doutait bien, s'il n'y avait pas énormément de vampires sur terre, ce n'était pas par manque d'enfantement, mais bien par la violence qu'il devait y avoir entre eux. Régner sur Londres en tant que famille dirigeante était quelque chose de bien alléchant, même pour elle ! Accroitre sa famille serait la première chose qu'elle ferait sortie de l'école. C'est pour cette raison qu'elle faisait de son mieux dans ses études, au point d'en oublier à quel échelon elle se trouvait. Imaginer le pauvre Allan dans ce monde de mort n'avait rien de drôle, mais au contraire; cela lui donnait la chair de poule. Et s'ils devaient être ennemi dans l'avenir ? Elle savait qu'elle n'hésiterait pas à le détruire. Ce n'était pas son côté vampire qui parlait, mais bien son côté humain. Détruire pour réussir, avancer ou se laisser tuer, ces phrases, elle les avait tellement entendue. Elles n'étaient pas fausses. Jamais elle n'avait eu l'occasion d'être trainée sous terre, sa nouvelle identité n'allait rien changer à ça. Alors qu'Allan lui présentait sa main avec toute la bonté du monde, Gabrielle fit un geste pour montrer son refus. Son regard s'était soudainement assombri. Elle ne devait pas s'attacher trop rapidement. Être la meilleure, c'est ce qu'elle voulait devenir. Son côté humain n'avait plus le dessus à présent. Durant quelques secondes, elle pouvait ressentir les gênes de ses lointains ancêtres; ceux avides de chair et de sang.

"Je ne préfère pas... Tout me semble trop bisounours... Et ça me met mal à l'aise."

Être mignonne... Elle ne l'était qu'avec Nar. Nar... Ses joues rougirent. Cela faisait un bon moment qu'elle ne l'avait pas vu... Il lui manquait. Peut-être était-il en train de boire du sang dans la salle des professeurs, ou bien discuter avec une autre demoiselle. Ses poings se serrèrent à cette idée. Aucune fille ne devait l'approcher. Il était à elle... C'est avec lui qu'elle désirait avoir des enfants, créer sa propre famille de vampires, et personne d'autre. Alors, imaginer qu'il puisse rigoler, ou prendre plaisir avec quelqu'un d'autre lui glaçait le sang, et lui brisait le cœur. Et avoir le cœur brisé, elle n'appréciait pas. Avant qu'elle n'est pu composer le numéro sur son portable pour prendre de ses nouvelles, elle fut interrompu par un mot de tête atroce. Le soleil tapait si fort, l'air était si humide. Elle n'arrivait plus à respirer. Le portable tomba de sa main moite. À genoux sur le chemin terreux du parc, elle essayait de comprendre ce qu'il lui arrivait. De l’asthme, elle n'en avait jamais fait, pas plus que des malaises en raison du soleil qu'elle avait toujours eu pour allié. Quelque chose n'allait pas, et son mal être l'empêchait d'en comprendre les raisons. Nar, il lui fallait la présence de Nar.

_______________________
« Make a wish... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Allan Y. Carter
» Gloomy Spécial

» Âge : 26
» Messages : 585
» Popularité : 621
» Race : Humain
» Profession : Sixième année
» Absence : Aucune

MessageSujet: Re: Ennui au parc [PV Allan] Mar 20 Sep - 0:01

Il ne s’était jamais autant approché et attaché à une personne en si peu de temps. D’une part, sa timidité maladive lui en empêchait et d’autre part, inconsciemment, il avait peur de faire confiance à autrui. Même si lui était gentil, serviable, docile et se sentait apte à recevoir la confiance des autres, il avait été témoin à de nombreuses reprises que ce n’était pas le cas de tous. « Il faut de tout pour faire un monde » ? Certes, on lui avait appris à respecter aussi bien la personne que ses idées, mais pourquoi existait-il des personnes qui prenaient un tel plaisir à faire du mal aux autres ? Pour quelles raisons et dans quelles circonstances on pouvait apprécier de voir son prochain effrayé, la peur écrite sur son visage par nos propres poings comme un vers est écrit par un poète sur une page. Où était le plaisir à infliger une souffrance à un autre et comment pouvait on se délecter des cris de souffrances qui parvenaient de la victime ? Toutes ces questions s’insinuaient dans sa tête et faisaient un tel boucan qu’il ne pouvait les ignorer. Soudain, il se rappela le but premier de l’académie. Devenir un vampire. Il ne vivrait donc plus d’amour et d’eau fraîche mais la douleur et du sang de ceux qui le ressemblait avant son entrée dans cet établissement. Cette idée revenue à l’assaut de ses pensées changeait complètement la donne… Voulait-il toujours devenir un vampire ? Il n’était plus aussi résolu que ça… Pourrait-il annuler son inscription ? Ce n’était surement pas possible.

Faire confiance demande tellement de temps et un bon feeling. Il s’était attaché trop rapidement, il le savait et pourtant… Cependant, il se dit qu’il avait fait le mauvais choix lorsque Gaby refusa son invitation, trouvant cette situation trop « bisounours ». Un bisounours ? C’était exactement ce qu’il était. Il ne pourrait pas le nier, il était gentil docile et serviable. Il ne manquait plus que câlin pour compléter la liste. Il ne changerait surement pas pour une inconnue. Il était un peu déçu de ce refus, surtout qu’en prime, elle avait ajoutée se sentir mal à l’aise. Cette situation lui paraissait-elle si bizarre ? Il lui offrait la possibilité de se sentir grandie. Mais ne voulant pas montrer sa déception, Allan se cacha derrière un sourire, encore un… C’était réellement une habitude de toujours sourire. Il ne voulait pas que l’on voit d’autres émotions que la joie sur lui. Retirant donc son invitation et sa main, il ne savait plus que dire ni quoi faire. La seule chose qui sortit de sa bouche fut :


« Très bien, désolé de t’avoir importuné ainsi. »

Continuant de regarder la belle, il remarqua qu’elle sortit son portable. Attendait-elle un coup de fil ? Ou pire, voulait elle en passer un ? La compagnie du jeune homme était donc d’un tel ennui ? Il savait qu’il n’était pas la personne qui pouvait distraire, ais au point de passer un appel en sa présence… Il en était presque vexé. Mais par pur respect, il ne le montra pas, sourit à nouveau, fit un signe d’au revoir de la main accompagné d’un « Je vais vous laisser » puis tourna les talons et commença à marcher, dans le but de retourner à l’académie pour demander à quiconque saurait s’il pouvait se désinscrire. Lors de son premier pas vers l’établissement, son pied venant de toucher le sol, il entendit un bruit derrière lui. Un objet venait de tombé sur la terre. Attiré par le son, il se retourna. Lors de son mouvement de rotation, il vu que non seulement quelque chose était tombé par terre, mais que ce quelque chose n’était autre que le portable de la chère Gabrielle. Un sourire se dessina sur son visage. Il s’était inquiété pour rien. Simplement, avant qu’il ne retourne la tête, le corps de Gaby suivit le mouvement de son portable. Elle posa ses genoux à terre. Pris au dépourvu, il ne savait que faire mais instinctivement, il se déplaça le plus rapidement aux côtés de la jeune fille, à gauche d’elle pour être plus précis, plaça un genou au sol et l’attrapa de son bras droit, puis exerçant une légère pression, la rabattit contre lui. Il plongea son regard dans le sien. Elle semblait réellement mal en point. L’allongeant gentiment sur le dos, il chercha désespérément du regard quelqu’un qui pourrait l’aider. Et pourtant, personne ne semblait se préoccuper d’eux.

« Aidez-moi ! Appelez les urgences ! Que quelqu’un m’aide ! »

Les gens commençaient à affluer, la plupart venus par pur curiosité. Une femme se décida enfin à composer le numéro des urgences. Paniqué, Allan ne savait quoi faire. Cependant, dans un moment de lucidité, il se rappela des différentes réactions à avoir. Il vérifia sa respiration. Elle semblait difficile mais encore présente. Puis il se remémora que dans ce genre de situation, il fallait faciliter l’accès pour l’air. Il fallait donc désencombrer les voies respiratoires. Mais comment ? Enlever les vêtements qui gêneraient ? Il n’oserait pas… Comment pourrait-il retirer certains vêtements d’une femme qu’il venait à peine de rencontré ? Surtout une femme ! Il fallait lui dégrafer le soutif et défaire la ceinture. Il hésita longuement. Simplement, pour permettre à la jeune Gabrielle de mieux respirer, il voulait faire le nécessaire. Il se pencha à l’oreille de la jeune fille pour lui demander tout de même.

« Il faudrait que je puisse te retirer certaines attaches pour t’aider à respirer, je peux ? »

Il savait qu’elle ne serait pas forcément enchantée, simplement, il ne voulait pas la voir souffrir davantage… Comment réagir si elle disait non ? Il n’y avait pas pensé…


HRP: J'étais pas loin des 1000 mots ><

_______________________

~Join the Pedobear Army~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ennui au parc [PV Allan]

Revenir en haut Aller en bas

Ennui au parc [PV Allan]



           Page 1 sur 1
Sauter vers: