AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

 ::  :: EST : East End :: Regent's Park

Fuite ratée [PV Iccs]

AuteurMessage
avatar

Alyss Miller
» Nouveau Gloomy

» Âge : 23
» Messages : 8
» Popularité : 12
» Race : humain
» Profession : étudiant

MessageSujet: Fuite ratée [PV Iccs] Sam 24 Mar - 16:44

Rainbow Academy... Pourquoi diable avait-il accepter de venir dans cette école malsaine et fondée sur le principe répugnant de la "cohabitation" humain-vampire? Pourquoi diable avait-il fallut qu'il cède aux exigences de son oncle et sa tante et se retrouve dans CETTE situation? Il ignorait complètement où il était, il faisait nuit, les portes de cette fichue école étaient fermées et pour couronner le tout il n'avait nul par où aller! Vous vous demandez sûrement ce que fiche Alyss Miller au beau milieu du Battersea Park au beau milieu de la nuit alors qu'il devrait être dans son lit en train de dormir à l'école? Et bien la raison est simple, il a fuit. il est sortit en douce de cette saloperie d'école, pour partir il ne sait trop où, et voilà ou cela l'a mené... au milieu de nul part, seul, et visiblement destiné à passer sa nuit dehors... Soupirant de fatalité et n'ayant pas d'autre solution que d'attendre que le temps passe, il alla se poser au pied d'un arbre et se laissa choir sur l'herbe fraîche. Il avait fuit à cause des vampires... fuit parce qu'il ne se sentait à l'aise nul part, fuit parce qu'il craignait de tomber sur un de ces monstres à chaque fois qu'il franchissait une porte où qu'il arrivait à une intersection de couloir. C'était affreux, les cours semblaient être aussi long qu'une éternité et surtout... tous les professeurs sont des vampires. Les profs mais pas seulement, tous les membres de l'administration, du personnel, tous! Il n'en pouvait déjà plus...

Ramenant un genoux à lui pour y appuyer un bras en support pour sa tête, il n'était pas détendu. Depuis qu'il était entré en contact avec ses monstres il n'étaient plus serein une seule seconde, même en dehors de l'école. Rien que là, tout de suite, maintenant, il tremblait légèrement, et tout son corps était tendu. C'était complètement impossible de supporter cet état. Frémissant par la caresse d'un vent frais sur sa peau pâle, le silence nuptial ne faisait qu'aggraver sa crainte. Crainte de quoi? De s'être mit dans une situation encore plus catastrophique que celle dans laquelle il était avant de fuguer. Un énième soupire était sortit de sa bouche


Tu es pathétique Alyss...

Franchement dans cette stupide école il devait bien être le seul à avoir la frousse de ses suceurs de sang! Et surtout, de tout le pays, il devait être le seul crétin à s'être inscrit tout en sachant qu'il en avait peur! Il ne put s'empêcher de scruter les environs nerveusement, régulièrement afin de s'assurer qu'il était bien seul. Ca en devait franchement risible. Un sourire narquois étira ses lèvres. Narquois envers qui? Envers lui même. Qui donc pouvait-bien venir lui chercher des noises ici en pleine nuit? Essayant de s'assurer qu'il ne risquait rien, il ne put s'empêcher de vérifier que les branches de l'arbre contre lequel il était assis n'abritait aucuns de ces mammifères buveurs de sang.

Puis soudain, dans le calme profond régnant sur le parc vidé de presque toute présence humaine, Alyss cru entende l'herbe se froisser sous les pas d'une personne. Sursautant légèrement et regardant autour de lui précipitamment, il chercha à découvrit la silhouette de la chose qui était en train de marcher vers lui... A croire que où qu'il aille il attire les ennuis...


[bon dsl c'est court et pas terrible mais je ferai mieux après une fois le rp lancé =)]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Iccs Vergan
» Gloomy Adroit

» Âge : 24
» Messages : 113
» Popularité : 132
» Race : Vampire
» Profession : Prof de français. Ou Emmerdeur et j'suis payé pour ça.
» Absence : Aucune

MessageSujet: Re: Fuite ratée [PV Iccs] Ven 4 Mai - 16:59

J'avais besoin de prendre l'air. Je ravalais ma salive sans qu'elle ne suffise à assécher ma gorge. Je n'avais pas soif, pas encore tout du moins, mais je me sentais mal, terriblement mal. Je repensais à cette soirée que j'avais partagée avec Nar, il y a quelque temps de cela. Cette soirée où il m'a pris, m'a mordu, marqué de sa possession, cette soirée où il m'a finalement abandonné au sol comme un vulgaire chien après m'avoir repoussé. Cette soirée que j'aurais aimé passer dans son lit, au creux de ses bras, et que j'ai terminé la tête dans l'oreiller à retenir mes larmes. J'étais con, naïf, qu'est ce que j'aurais pu imaginer ? Que Nar aurait oublié ma servitude, que Nar passerait outre la domination qu'il exerce sur moi ? Non, Nar a toujours été mon Maître et le restera. Tout comme moi, je resterais la serpillère qui essuie ses déboires, la serviette qui nettoie ses tâches puis qu'on balance une fois salie. Pourquoi serrais je les poings ? Pourquoi mon cœur s'étreignait dans ma poitrine et que chaque battement n'apportait que souffrance en plus ? J'étais si sot.. à croire que je commençais à développer un semblant de fierté ou de dignité. Un serviteur comme moi ne pouvait pas se permettre d'en avoir, ne serait ce qu'un semblant. Mon propre frère m'écrasait et me méprisait. Mes élèves en venaient à les imiter... J'étais fatigué de voir que ma vie n'avait de vraie importance aux yeux de personnes.

Ça ne me ressemblait pourtant pas de déprimer de la sorte. Je devais être fatigué. Il est vrai que je n'avais pas fermé l’œil depuis l'accident avec Nar. Je m'étais quelque peu ébroué puis je m'étais décidé à sortir de ma chambre pour chasser tous ces nuages lourds de pensées noires. Les couloirs étaient déserts, la lune se glissant curieusement par les fenêtres pour m'observer dans mon errance. Tiens, d'habitude, il y avait toujours un élève pour contester le couvre feu.. étonnant. C'en était presque suspect. Je m'attendais à me recevoir dans la gueule un sceau d'eau ou de farine balancé par un impertinent, ou encore de piétiner quelques œufs crus qu'on aurait volontairement abandonné en plein milieu du couloir, mais non, rien. À croire que les élèves devenaient sages. J'avais beau être capable d'avaler des couleuvres, je n'arrivais pas à le croire.

En fin de compte, déprimant encore plus à la vue de l'ambiance limite morbide qui régnait dans l'Académie, j'étais finalement sorti. Une soirée dans un bar, en compagnie de quelques demoiselles d'un soir, ne me ferait aucun mal, loin de là. Tout sourire, j'imaginais déjà les mouvements souples de leur corps brûlant, animé par la musique, leurs mèches suivant leurs gestes, leurs vêtements bien trop courts découvrant plus qu'il n'en faut pour ravir une âme affamée d'amour comme la mienne...J'avais la sensation de sentir leurs lèvres brûlantes parcourir ma peau, s'y apposer, leurs doigts venir chercher mes vêtements pour se faufiler en dessous, leur souffle me caresser, me ranimer, booster ce cœur que je forçais à battre chaque jour...Mes yeux bleus se fermèrent à demi alors que je me perdais dans mes rêveries, revoyant d'anciennes conquêtes murmurer mon nom, se dévêtir langoureusement pour que mes prunelles redessinent leur forme avantageuse. Et malgré le fait que je m'efforce à me concentrer sur ces éléments féminins, c'était l'image d'un corps masculin qui me revenait à l'esprit, sans cesse. Un corps de fauve, aux muscles dessinés sous une peau nacrée, un regard calme et lassé où brûlait une passion qu'aucun mortel n'aurait pu endurer sans se croire aux enfers... Une passion à laquelle j'avais pris plaisir, une passion dont je m'étais enivré, drogué et dont je ne pouvais plus me passer. Mes regards se détournaient des courbes, plongeaient et redessinaient la musculature de mon amant, remontaient jusqu'à ses canines, se perdaient dans ses yeux. Mon cœur se figeait, s'accélérait. Nar...

Comme en réponse aux battements saccadés de mon cœur, je crus entendre un léger écho. Alerté, je redressais le nez et mes pupilles s'aiguisaient par pur réflexe. Tiens.. Quelqu'un ? Son rythme cardiaque, rapide, m'inquiétait et m'excitait à la fois. Je fronçais les sourcils et, sans grand effort de discrétion, je m'étais avancé, mains dans les poches. Je n'avais rien à craindre et si la personne fuyait, c'était bien qu'elle n'avait pas la conscience tranquille...
Assis en bas d'un arbre, je remarquais alors une silhouette quelque peu connue. Un élève, malgré la taille et la carrure d'un adulte. Mes yeux glissèrent le long de ses mèches sombres, se perdirent sur son visage et se plantèrent dans ses prunelles fixées sur moi. Un regard de fauve à l'affût, de bête acculée. D'élève effrayé. Par moi ? Ce serait bien le premier, tiens. Je lui offris un sourire, sans découvrir mes canines que j'avais soigneusement rentré, les mains rentrées dans les poches.

_ Bah.. qu'est ce que tu fiches dehors ? Tu t'es perdu ?
L'idée qu'il souhaite contester le couvre feu ne me venait pas à l'esprit. Si je reconnaissais bien son visage, il devait s'agir d'Alyss Miller, un jeune homme arrivé il y a peu à l'Académie. Je lui proposai alors ma main pour se redresser. Tout à fait normale d'ailleurs, pas comme lorsque j'avais soif.. Je n'avais pas la main osseuse, pas de veines sombres visibles sous la peau, pas de griffes pour trancher la chair, bref, tout pour être parfaitement humain !
_ Auquel cas tu me connaîtrais pas.. Je m'appelle Iccs, ou Monsieur Vergan, je préfère pour les cours mais en dehors, mon prénom suffit bien.. Ah oui, parce que j'suis prof à l'Académie, prof de français.
J'eus un petit rire gêné, passant mon autre main dans ma crinière blanche.
_ Viens, je vais te ramener, le couvre feu est passé depuis longtemps.. et ce n'est pas vraiment prudent de rester trop longtemps dehors, confiais je dans un sourire complice, bien qu'il n'y ait en réalité aucun risque à se trouver ici à la tombée de la nuit. Pour un vampire tout du moins...

Hrp : Encore désolée du retard, j'avais les partiels et je n'ai pas vu ton post, j'espère que ma réponse t'ira ;; Mp moi sinon !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Alyss Miller
» Nouveau Gloomy

» Âge : 23
» Messages : 8
» Popularité : 12
» Race : humain
» Profession : étudiant

MessageSujet: Re: Fuite ratée [PV Iccs] Ven 4 Mai - 17:54

_ Bah.. qu'est ce que tu fiches dehors ? Tu t'es perdu ?

Alyss sursauta légèrement. Finalement, il y avait bel et bien quelqu'un ici... Tournant vivement la tête vers l'individu qui lui avait adressé la parole, il plissa les yeux afin de pouvoir tenter de le reconnaître. Peine perdu... Il faisait trop sombre pour qu'il n'espère voir quelque chose et puisqu'il ne connaissait personne, c'était inutile de chercher qui cela pouvait bien être. Un pervers? Il fronça les sourcils, probable... Il laissa cet homme approcher, le regardant avec méfiance et froideur. Il souriait, de ce qu'Alyss pouvait voir, il était plutôt grand, bien battit (ce qui ne l'arrangeait pas réellement) et avait les... cheveux blancs -il ne jugera pas vu les siens qui sont bleus. Ce type n'avait pas franchement l'air hostile et si l'adolescent n'avait pas cette manie de se méfier de tout et de tout le monde, alors peut-être se serait-il détendu. Sauf qu'il avait cette manie, alors il resta crispé et aux aguets. Pour finalement répondre à sa question, il se contenta d'articuler un:

Ca me regarde. Et je ne suis pas perdu...

Plutôt cinglant, comme pour encourager l'homme se tenant face à lui à abandonner toute tentative de rapprochement quel qu'il soit. En réalité il était complètement pommé et n'avait aucune idée de où il pourrait aller et de ce qu'il pourrait faire pour se sortir de ce pétrin mais soit... Il avait préféré le nier plutôt que de se faire aidé et traîné dans un endroit suspect et pire encore, dans cette école! Pourquoi avait-il pensé à l'école? C'était bien simple. Tout dans l'attitude de cet homme indiquait qu'ils se connaissaient alors... Alyss avisa la main tendue en fronçant les sourcils puis releva le regard vers son propriétaire. Que voulait-il à la fin..? Qui était-ce? Soupirant silencieusement, il n'y voyait rien!

_ Auquel cas tu me connaîtrais pas.. Je m'appelle Iccs, ou Monsieur Vergan, je préfère pour les cours mais en dehors, mon prénom suffit bien.. Ah oui, parce que j'suis prof à l'Académie, prof de français.

Alyss écarquilla les yeux. Et bien.. Si, il le connaissait finalement... C'était un professeur de l'Académie qu'il avait désespérément tenté de fuir... Autrement dit, c'était un vampire... "Vampire"... ce mot lugubre raisonna dans son esprit d'une voix narquoise. Alyss, te voilà devant l'une des choses qui t'effraient le plus au monde... Blêmissant en déglutissant difficilement, il se garda bien de prendre sa main et se leva de lui-même pour se reculer sans le quitter des yeux. Qu'avait-il fait pour mériter ça...

_ Viens, je vais te ramener, le couvre feu est passé depuis longtemps.. et ce n'est pas vraiment prudent de rester trop longtemps dehors, confiais je dans un sourire complice, bien qu'il n'y ait en réalité aucun risque à se trouver ici à la tombée de la nuit. Pour un vampire tout du moins...


L'adolescent écarquilla rapidement les yeux avant de froncer de nouveau les sourcils, rentrer à l'école? Hors de question! Il ne s'en était pas enfuit pour rien!! Alors certes ce vampire là n'avait pas l'air réellement dangereux, mais un vampire reste un vampire, un monstre reste un monstre... Peu importe le visage qu'il revêt, il était comme tous les autres, dépendant de sa soif. Et si Alyss ignorait la dangerosité d'Iccs en cet instant, il n'avait pas tellement envie d'attendre sagement pour vérifier! Alyss fixa le vampire d'un regard perçant et méfiant avant de répondre d'une voix grave et sans appelle

Je ne compte pas retourner dans cette école. Et surtout pas accompagné d'un vampire

Ces vampires en lesquels il n'avait aucune confiance, ces vampires qui faisaient naître en lui une peur violente, qui le rendaient vulnérable... Alyss n'a jamais été quelqu'un de facilement abordable ni compréhensible. Mystérieux et naturellement renfermé, il est difficile lui s'accorder sa confiance et il est tout aussi difficile pour lui de faire confiance à quelqu'un. Ce n'est pourtant pas quelqu'un de désagréable mais disons qu'il se sent en sécurité, derrière cette carapace qu'il s'était forgé. Il a apprit que se fier aux apparences était la pire des choses à faire, ainsi Iccs pouvait-il arborer le plus rassurant des sourires que cela n'y changerait rien... Il ne mettait pas de point d'honneur à être un élève turbulent, bien au contraire il préférait rester discret et aurait d'avantage apprécié de ne pas être retrouvé... Mais il le sentait, s'il restait plus longtemps dans cette école il allait vraiment finir par devenir fou.

Merci quand même.

Ajouta-t-il comme pour clore la conversation et lui demander de faire comme s'il ne l'avait pas vu. Toutefois, voyant que son charmant professeur de français n'était pas décidé à le laisser seul dans le parc en pleine nuit, il soupira et ferma les yeux, agacé. Oppressé. Il souffla alors, comme s'il se parlait à lui même

Sauf que vous n'êtes pas décidé à passer votre route, pas vrai...? puis il ajouta plus fort Si vous êtes ici c'est que vous aviez quelque chose de prévu non? Alors ne vous dérangez pas pour moi et allez y.

Il tremblait déjà... Se montrer ainsi devant un prof, quelle honte... Il était incapable de se contrôler, incapable de se persuader qu'il ne risquait rien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Iccs Vergan
» Gloomy Adroit

» Âge : 24
» Messages : 113
» Popularité : 132
» Race : Vampire
» Profession : Prof de français. Ou Emmerdeur et j'suis payé pour ça.
» Absence : Aucune

MessageSujet: Re: Fuite ratée [PV Iccs] Mar 8 Mai - 4:28

Même pas un bonsoir tiens. La réponse cinglante aurait pu claquer comme un fouet et calmer toutes ardeurs. Mais je suis déjà glacé depuis longtemps. Mort depuis 209 pour être précis. Enfin, passons les jeux de mots douteux. Je pense surtout que je me suis habitué à ce qu'on me méprise et me repousse. Voilà qu'un autre élève s'y met, tiens. Est ce la mode ? Nar et Raven ont donc tant de succès pour influencer même les élèves ? En temps normal, j'aurais serré les dents mais j'aurais laissé échapper un rire, cette vérité m'aurait durement blessé et je n'aurais pas pu le cacher. À présent, je conservais mon sourire, inflexible. Le cœur déjà bien trop douloureux, au point qu'un coup de couteau de plus ne changeait pas vraiment à la souffrance que j'essayais de surmonter. Ne dit on pas que seuls les vivants peuvent sentir la douleur ? Finalement, je regrettais que ce cœur s'acharne à battre dans ma poitrine. Chaque battement sonnait comme un gong, sonnait les heures qui passaient, les douleurs qui s'accumulaient.

Une fois que j'eusse prononcé son nom et que je m'eusse présenté, je le vis écarquiller les yeux. Aucune de ses réactions m'échappaient. La peine que je ressentais avait la fâcheuse tendance à exacerber mes sens. Je perçus son souffle qui s'était figé. Avant de reprendre, un peu plus rapide. Son cœur qui avait trébuché avant de s'affoler. Ses pupilles dilatées à la recherche du moindre indice d'agression de ma part. Et j'en oubliais son mépris précédent. Je ne voyais en lui plus que l'élève angoissé, effrayé, perdu dans ce parc lugubre, dans cette académie trop grande pour ce chiot qui n'avait pas encore pu voir toute l'étendue de ce monde et des races qui le peuplent...Un chiot qui montre les crocs à la moindre menace, qui veut donner la sensation d'être plus dangereux que ce qu'il ne l'est vraiment. C'était touchant.
Le garçon se redressa. Pour un chiot, il n'était pas vraiment petit. Je ne perdais pas mon sourire et mes prunelles se dotèrent d'une douceur que seul moi savais revêtir. Aucun vampire ne se serait abaissé à tel sentiment. Je le voyais me fixer en chien de faïence. Il reprit la parole sur un ton ferme, déterminé. Voulant me convaincre de le laisser fuguer. Petit chiot qui se veut déjà grand loup solitaire. Mais qui craint le moindre hôte de ces bois tant qu'il a les dents un peu longues. Je le voyais trembler. Quel chanceux tu es, Alyss. Quel chanceux tu es d'être tombé sur moi à cet instant. Je connais nombre de mes collègues qui auraient pris plaisir à te traumatiser, qui auraient pu profiter de ta fugue pour te saigner et te vider de ton sang, pour finalement rapporter que tu as tout simplement disparu.

_ Oh non, tu sais, j'avais juste besoin de m'aérer un peu l'esprit. Comme toi d'ailleurs je pense, non ? C'est pour ça que tu es parti, hein ?
Je souris avec un peu de gêne.
_ L'ambiance à l'académie est un peu particulière, je le sais.. Mais tu verras, c'est juste une question d'habituation ! Tes parents sont loin d'ici ?
Je me rasseyais finalement dans l'herbe et je l'invitais à s'installer près de moi. Tant que je serais là pour veiller sur lui, il ne lui arriverait rien. Mais le laisser seul, c'était courir le risque à ce qu'il se fasse littéralement dévoré. Et ça, je ne l'aurais pas permis. Je sentais sa peur. Et elle me touchait. Profondément.
Il me rappelait..moi, à cet instant. J'avais toujours eu peur d'être vampire. Encore maintenant, j'ai peur de ce que je suis, des autres individus de ma race. Nous sommes des monstres. Et j'en ai toujours souffert. J'ai toujours voulu..être humain, quitte à me faire renier de ma race pour cela.
_ Tu as eu des soucis, à l'école, pour que tu souhaites t'en aller ? Continuais je d'une voix douce. Nous avions toute la nuit pour discuter, et je pensais bien qu'Alyss serait plus à l'aise en restant à l'extérieur que si nous rentrions immédiatement à l'académie. J'aurais aimé l'y emmener et qu'il soit plus serein qu'à cet instant. C'était important pour son bien être.. Et sa survie avant tout.
_ Le couvre feu te dérange ? À moins que ce ne soit le manque d'occupations ?
Je laissais volontairement plâner un silence.
_à moins qu'il ne s'agisse des vampires eux mêmes ?
Oui, il n'aurait pas fallut être devin pour le deviner. Je m'étais allongé dans l'herbe et je regardais alors longuement le ciel. Je ne savais pas quoi lui dire pour le rassurer. Je ne savais pas quelle image il pouvait avoir de nous. Dans certaines cultures, les vampires se nourrissaient des âmes, pour d'autres, des rêves. Pour certaines personnes, on était des néons à la Twilight et pour la grande majorité, nous buvions du sang.
_ De quoi as tu peux exactement, Alyss ? Que nous buvions ton sang ? Que tu deviennes comme nous ? Explique moi, demandais je. Ma voix douce couvrait à peine les murmures du vent dans les feuilles. Je parlais sans aucun mépris, mais avec un calme et une sérénité visant à le détendre et à le pousser à me parler. Sans vouloir me vanter, je devais être l'un des seuls professeurs pédagogues en ces lieux, avec Alister, le plus humain de tous surement, et seul moi pouvais vraiment essayer de rassurer Alyss au sujet de notre race mais aussi au sujet de l'académie.
Une chose était dès à présent certaine : je le prendrais sous mon aile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Alyss Miller
» Nouveau Gloomy

» Âge : 23
» Messages : 8
» Popularité : 12
» Race : humain
» Profession : étudiant

MessageSujet: Re: Fuite ratée [PV Iccs] Mer 9 Mai - 18:24

_ Oh non, tu sais, j'avais juste besoin de m'aérer un peu l'esprit. Comme toi d'ailleurs je pense, non ? C'est pour ça que tu es parti, hein ?

Alyss glissa son regard vers lui, s'aérer l'esprit? Oui, si on veut... Il aurait plutôt dit carrément changer d'air mais ne prit la peine de reprendre son cher professeur de français. Restant ainsi plongé dans son mutisme habituel, il se contenta d'écouter la suite.

_ L'ambiance à l'académie est un peu particulière, je le sais.. Mais tu verras, c'est juste une question d'habituation ! Tes parents sont loin d'ici ?


Un peu particulière? Elle est carrément malsaine plutôt oui!! Pour ce qui est de cette habitude dont il parlait, il ne la prendra certainement jamais. Car les vampires sont ce qu'ils sont et qu'ils ne changeront jamais non plus; d'autant plus qu'il savait que sa peur bleue de ces créatures faisait de lui une proie facile et ça ne le mettait pas franchement en confiance. Alyss se crispa à sa question, ses parents... Quels parents? Pouvait-on réellement considérer les deux inconnus avec qui il n'était lié que par la chaire et le sang comme ses parents? Non... Des parents ce sont bien plus que les deux êtres qui vont ont mit au monde. Ce sont également ceux qui vous ont élevé, aimé, et apprit à grandir. Et puisque personne ne réunissait ces deux conditions alors on pouvait dire que...

Je n'en ai pas.

Répondit-il dans un souffle rauque vibrant de colère et de rancune. Il aurait pu en avoir, c'est vrai. Aurait pu. Regardant Iccs du coin de l'oeil, qu'est ce que ça pouvait bien lui faire que ses « parents » soient prêts ou loin d'ici? Il avait peur qu'il décide de définitivement se réfugier chez eux? Tsss... Malgré le fait qu'Iccs soit certainement quelqu'un de vraiment bien intentionné, Alyss n'arrivait pas à voir en lui une personne de confiance. Il y avait toujours dans sa tête cette petite voix qui lui criait presque de rester sur ses gardes, de se tenir prêt à agir au cas où... il sortirait ses crocs. Agir? Hun, pour faire quoi? Il ne pouvait rien faire face à un vampire... C'était frustrant, effrayant...

_ Tu as eu des soucis, à l'école, pour que tu souhaites t'en aller ?

Il accueillit la question avec un amer sourire. Des soucis? Oh non pas « des », un seul. Mais de taille. Toutefois, bien qu'il en ait franchement peur et que cette crainte le pousse à éprouver une certaine haine à son égard, il ne souhaita pas répondre que son seul problème, c'était lui et ceux de sa race. Pourquoi? Parce qu'il n'avait aucune raison de se montrer plus blessant qu'il ne l'était déjà avec Iccs. Il n'avait pas -encore- cherché à le nuire et faisait tout pour le mettre en confiance et sans vraiment savoir pourquoi, il était persuadé que le vampire ne le faisait pas dans le but de pouvoir mieux se jouer de lui. Il se contenta donc de fermer les yeux, répondant sans rien articuler qu'en effet, une certaine raison le poussait à vouloir quitter cette école aussi vite qu'il y était entrer. Et comme pour l'inciter à prononcer ce qu'il voulait taire, Iccs proposa:

_ Le couvre feu te dérange ? À moins que ce ne soit le manque d'occupations ?


Alyss ferma les yeux, non cela n'avait rien à voir avec tout ça... Un moment de silence plana et c'est dans un léger coup de vent qui vint s'engouffrer dans leur chevelure que le vampire termina par:

_à moins qu'il ne s'agisse des vampires eux mêmes ?


L'adolescent ferma les yeux. Oui, c'était exactement ça. Il ne fut pas surpris d'avoir été ainsi « démasqué » car finalement bien qu'il préférerait que personne ne le sache, il ne faisait rien non plus pour que cela reste vraiment secret. Ou plutôt ne pouvait rien faire pour que cela le soit.

Oui... souffla-t-il, les vampires...

Le garçon entrouvrit les yeux, la tête légèrement baissée, et regarda Iccs prendre place sur l'herbe fraiche. Depuis ce fameux jour, il ne se passait pas une nuit sans qu'il ne rêve de cet accident.

_ De quoi as tu peux exactement, Alyss ? Que nous buvions ton sang ? Que tu deviennes comme nous ? Explique moi,

Le visage de l'intéressé se crispa alors qu'il serrait les mâchoires et fronçait les sourcils. Il les hait, les exècre, et souhaiterait tous les voir disparaître c'est vrai... Parce que se sont des tueurs, des bêtes, des monstres à visage humain qui profitent de leur charme et de leur physique pour vider de leur sang les proies faciles qui tombent dans leur filet! Ce sont des créatures souillées... Maudites et incroyablement dangereuse. Tout cela ne demandait qu'à sortir une bonne fois pour toute et pourtant.. Une fois de plus cela resta coincé entre ses lèvres. Il soupira et essaya plutôt de voir Icss en tant qu'humain, plutôt qu'en tant que vampire.

Je ne peux pas répondre... Parce que quoi que je puisse dire, vous prendrez ça pour vous et je n'en ai guère envie.

Il n'avait pas spécialement envie de le blesser en lui crachant dans la figure que sa race était infecte car il semblait.. véritablement différent des autres. Aussi, sans lui laisser le temps de répliquer, car il n'était vraiment pas décidé à répondre à sa question, il demanda ensuite:

Pourquoi vous faites ça?

Pourquoi tenait-il à l'aider et à le comprendre au lieu de faire comme tout professeur aurait fait et le ramener dans sa chambre à grand coup de pied aux fesses? Pourquoi tenait-il tant à lui faire surmonter cette peur alors que finalement cela lui donnait un avantage considérable sur lui? Etait-il donc à ce point différent des autres de sa race? Alyss ne comprenait pas... Mais une chose était sûre, il était rassuré que ce soit Iccs qui l'ait trouvé et pas un autre... Content que ce dernier n'ait pas cherché à profiter de sa peur pour s'amuser...

Il se réinstalla dos contre son arbre et ramena à lui une de ses jambes. Il n'était réellement pas décidé à retourner à l'école et il voulait comprendre pourquoi ce vampire s'occupait-il autant de lui.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Iccs Vergan
» Gloomy Adroit

» Âge : 24
» Messages : 113
» Popularité : 132
» Race : Vampire
» Profession : Prof de français. Ou Emmerdeur et j'suis payé pour ça.
» Absence : Aucune

MessageSujet: Re: Fuite ratée [PV Iccs] Mer 23 Mai - 22:40

[justify]Pas de parents ? Je me retenais de froncer les sourcils. Pauvre gosse. Quoi que, pour certains, vaut mieux ne pas avoir de parents vu les enfoirés qu'ils sont.. En ce qu'il me concernait, je n'ai jamais connu ma mère. Elle restait à mes yeux une chimère à laquelle j'avais longtemps rêvé en tant qu'enfant... Une chimère protectrice qui avait toujours veillé sur moi, cette chimère qui était comme le chemin à emprunter pour être humain. Mon père était certes un vampire redoutable...Mais je savais qu'il n'avait pas été que cela. Il avait été un homme bon qui avait veillé sur moi à de nombreuses reprises. Il avait toujours fait attention à ce que moi et Raven eussions le même amour sans trop nous départager...Mais il faut pas se couvrir d'illusions, on sait tous que les parents ne peuvent pas être parfaits. Mon père faisait parfois des préférences à mon sujet, parfois à celui de Raven, et cela n'a fait qu'alimenter nos disputes malheureusement...Je pus d'ailleurs discerner la certaine rancœur avec laquelle Alyss répondit. Sujet sensible hein ?

Un jour, je le creuserai...Même si cela peut revenir à creuser ma tombe, ah ah ! Foutue curiosité, elle me perdra. J'avais eu un sourire, un sourire qu'Alyss sembla me rendre... Ah non, erreur d'interprétation. On dirait que je venais de le forcer à avaler un citron tiens. Mais bon, le moindre semblant de rictus devait être tellement rare sur son visage que je me saisissais du plus petit signe pour croire qu'il allait enfin sourire. Je n'aimais pas voir ces jeunes au visage défait... Voilà pourquoi il m'en fallait vraiment énormément pour que je concède à accorder une mauvaise note à un élève. Quand aux conseils de classe, j'étais le professeur réputé pour essayer de sauver la mise à tous les individus.
Ah, tiens, j'avais deviné juste quand à la source de son problème. Le grognement inarticulé d'ours mal léché qu'il avait concédé me le faisait bien comprendre. Je m'étais allongé sur l'herbe pour le regarder quelques secondes, noter le moindre détail de son visage, le plus petit discret changement d'attitude qui aurait pu m'aider à mieux le comprendre. Je pus lire la haine crisper son visage. Une haine viscérale. Comme un miroir de ce que je pouvais ressentir à mon égard. Par le passé, j'aurais été capable d'exciter cette haine, de jeter de l'huile sur ce brasier déjà ardent en priant pour qu'il me brûle, pour que sa rage le pousse à m'éliminer...Enfin, j'avais perdu depuis longtemps mes envies suicidaires.

_ Pour moi ? Oh, tu sais, il faut déjà que je me considère comme un vampire pour ça ! Tu peux te faire plaisir à les critiquer... Je suis le premier à le faire. C'est une malédiction. Quelque chose qui me pourrit la vie, la mienne en plus de celles des autres...
Je fermais les yeux.
_ Je suis né ainsi, malheureusement, lâchais je dans un soupir. Pourquoi lui parlais je aussi franchement ? Peut être car Alyss pouvait être le seul à comprendre à quel point je pouvais détester ce que je renfermais. J'avais des gens pour m'aimer quoi que je puisse être, des gens pour me détester...mais je n'avais encore personne qui pouvait comprendre quelle était la hauteur du dégoût que j'avais pour ce sang pourri qui coulait dans mes veines.
_ Me suicider ? J'ai essayé à de nombreuses reprises, sans y parvenir. Et puis.. Ma vie ne m'appartient plus depuis quelques siècles. Je ne peux plus en faire ce dont j'ai envie. Enfin, évite de le crier sur tous les toits, okay ? Et en échange, je dirais rien pour ton escapade nocturne.

Je lui offris un sourire. Il aurait pu en parler, certes, cela n'aurait pas changé grand chose si ce n'est que j'aurais été humilié davantage...Mais je voulais lui montrer que j'avais confiance en lui et que cette confiance pouvait être réciproque. Pour l'instant, je n'avais encore rien à lui cacher. Et j'espérais qu'il en soit de même pour lui.
_ Pourquoi ? Oh...
Je coupais une herbe que je portais à mes lèvres pour siroter la chlorophylle.
_ C'est mon rôle de professeur. On doit pas forcément se contenter d'enseigner et de donner un soi disant savoir... ici, on a aussi pour tâche de guider les élèves et de les aider à être indépendants, à réussir leur vie, etc... Tu vois le topo ?
J'hésitais puis je me lançais.
_ Puis... c'est touchant de voir quelqu'un qui a peur. Moi aussi, j'ai longtemps eu peur de ce que j'étais. Maintenant, je n'en ai plus vraiment peur..Mais je le déteste. Je fais tout pour être humain.. Je n'ai jamais voulu être un vampire, ça me dégoute foncièrement. Si ce n'est pour dire que je déteste ça. Pourquoi ? Oh.. je pense que nos raisons sont les mêmes.
Je me perdais quand à la contemplation du ciel, quelques secondes.
_ Sauf qu'en plus.. Je le vis tous les jours. Voir les autres grandir, vieillir, mourir, sans rien pouvoir y faire... Ne pas pouvoir mettre fin à sa propre vie, ne pas pouvoir même être maître de sa propre vie mais la voir toujours appartenir à quelqu'un d'autre, être régie par des règles qui sont supérieures à ta petite personne... C'est insupportable. Certes, on a la vie éternelle devant nous, mais c'est une vie de servitude imposée par notre sang, notre rang hiérarchique et j'en passe. Enfin voilà, je comprends ta haine pour les vampires et sache que j'aurais pas d'arguments qui iraient contre cette haine.
Je détournais les yeux.
_ Mais ce que je peux te conseiller.. C'est qu'il ne faut pas mettre tout le monde dans le même sac. Beaucoup de vampires ici sont dangereux, méprisants avec la race humaine.. Et d'autres la considèrent avec plus de bienveillance. En ce qui me concerne, je vois même les humains comme meilleurs aux vampires mais cela m'attise la haine de tout mon peuple.
J'eus un rire gêné.
_ Il faut simplement savoir que certains ont été humains, certains gardent de cette humanité en eux et veillent à la respecter, tant dans leurs pensées que leurs agissements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Fuite ratée [PV Iccs]

Revenir en haut Aller en bas

Fuite ratée [PV Iccs]



           Page 1 sur 1
Sauter vers: