AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Escape.

AuteurMessage
avatar

Alister McNeal
» Nouveau Gloomy

» Messages : 27
» Popularité : 39
» Race : Vampire
» Profession : Prof... Philo
» Absence : /

MessageSujet: Escape. Dim 13 Nov - 11:49



Je n'attendais qu'une seule chose depuis que je m'étais installé sur le rebord de ma fenêtre avec un bouquin et une pomme. Qu'une seule chose, et j'avais la lourde impression que cela faisait une éternité que je l'attendais. Mais qui étais-je pour parler d'éternité ? Un être condamné qui va surement la vivre. Je regardai dehors, distraitement, apercevant quelques têtes plus ou moins familières, quelques élèves que je reconnaissais. J'avais besoin de sortir, de prendre l'air. J'étouffais. Ceci dit, ce n'était rien comparé à mon enfermement durant plusieurs années dans le manoir familiale. Je souris. Je posai ma tête contre la vitre, replongeant dans ma lecture, ma pomme toujours dans la main. Il fallait qu'elle vienne, et vite, sinon le livre allait sans doute traverser la fenêtre. Il était mal écrit, et le caractère du personnage principal m'exaspérait. Je lâchai un long soupire, peut être trop long en fait, pour ensuite faire voler le livre jusque sur mon lit. Ce n'était pas croyable, combien de temps encore fallait-il que je l'attende ? Elle était longue à arriver, la vilaine se laisser désirer. Elle avait bien raison. Je descendis du rebord, j'aimais bien cet endroit, ça rappelait la maison, les fenêtres étaient pareilles, hautes avec un petit rebord vers l'intérieur, ce qui vous permettez de vous y asseoir sans ouvrir la vitre. Je me dirigeai vers mon armoire avec une nonchalance déconcertante, pour l'ouvrir et y attraper un long manteau noir à grand col. Il m'arrivait aux mollets, oui ça rendait un peu sinistre sur moi, mais ça m'était égal. Je ne sortais pas pour aller faire la coure. J'enfouis alors la pomme au fond de l'une des poches.

C'est lorsque l'on s'y attend le moins que les choses arrivent. J'avais eut le temps d'attraper un autre livre dans mon bazar, et celle que j'attendais n'avait pas tardé à ponter le bout de son nez. Je souris. Elle était ravissante, comme à son habitude. son manteau étoilé lui seyait à merveille, comme toujours, et son sourire était ravageur, évidemment. Ce soir, son sourire avait encore minci, dans quelques jour il sera absent, puis elle boudera sans raison, comme... Bref. Ce qui était le plus important, était que celle que j'attendais avec ardeur était arrivée, la nuit. Qui d'autre ? Je sortis de l'appartement en vitesse, ne prenant pas la peine de le fermer à clé. Je descendis les escaliers, telle une ombre qui ne souhaite pas se faire remarquer, car là était bien mon but, partir sans éveiller les regards. Ils devaient tous être en train de manger, les couloirs étaient vides. Tant mieux. Je sortis de l'académie, sans prévenir personne, j'étais grand, ce n'était pas la peine.

Je fis mon chemin jusqu'au parc à pied, et plutôt rapidement. L'air frais y était abondant et agréable, et le ciel chargé d'odeurs en tout genre. Je levai le nez en l'air pour pouvoir humer les quelques parfums qui m'étaient donnés de capter. Des odeurs tout à fait alléchantes. Des odeurs qui égaillèrent une faim que j'avais tue lorsque j'étais encore dans l'académie. Ceci dit, plus je m'aventurais dans le parc, et plus les odeurs se faisaient infâmes, faisant soudainement disparaître mon goût pour la faim. Celles que j'avais senties plus tôt venaient de la ville, et non du parc. A trop capter d'odeur, on se perd, et pourtant, il était possible de sentir quelque chose de raffiné parmi tout ceci. J'avançai calmement, ignorant les regards, j'avançais comme un fantôme, presque en planant. Au fil des années, j'avais acquis une petite grâce ce qui me permettais de pouvoir donner cet effet, car oui, dans un sens, j'étais mort. Enfin, bon, qu'importe. Je m'étais arrêté loin des regards, sous un chêne. Je sortis mon fruit, puis sans grande convictions le portai à mes lèvres pour le croquer. Et pourtant son goût me fit sourire. J'étais tout simplement tombé amoureux de ces pommes. Enfin, je m'égare un peu ! Je regardai les gens passer, et certain n'aspiraient vraiment pas confiances. Puis je fermai les yeux, pour finir mon fruit, mes autres sens restant en éveil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Escape. Mer 23 Nov - 21:21

Cela faisait exactement un jour qu’Edwin était à la Rainbow Academy. C’était un nouve au. Et son premier jour ne fut pas le meilleur : il avait du apprendre tout seul comment il devait remplir ces dossiers bizarres, enfin bref, un tas de choses ! Et il n’avait pas du tout aimé. En fait, il allait passer le restant de sa vie à remplir des dossiers, et aussi apparemment gronder les humains ! Et les vampires, peut-être… Bref, il se leva pour affronter une nouvelle journée. Un vampire qui dort le soir ? Pas très connu. Mais il avait été élevé à la façon « humaine » puisqu’il ne sut qu’à ses dix-sept ans qu’il était un vampire… Cessons de blablater. Donc, il se leva, passa quelques minutes dans la salle de bain, avant de ressortir tout propre, tout beau. Il était en ce jour vêtu d’une simple chemise blanche ouverte quand même jusqu’au troisième bouton. Il savait parfaitement que les humaines appréciaient cela. Les vampires aussi, bien entendu. Mais elles préfèrent en général le sang.
Edwin descendit les escaliers, et première scène qu’il vit : deux élèves se disputer. Il n’y avait aucun surveillant pour les arrêter. En soupirant, il les sépara de force. C’étaient deux humains, qui avaient d’ailleurs l’air surpris par la force du jeune homme. Il leur fit la morale gentiment et les deux humains se réconcilièrent rapidement. De toute façon, ils n’avaient pas le choix. Lorsqu’il rentra dans son bureau, il eut l’immense plaisir de voir un tas de paperasse sur la table. Il soupira une seconde fois. Allait-il faire ça pour l’éternité ? Il passa la journée entière à remplir la paperasse. De temps à autre, une surveillante eut la gentillesse de lui apporter une boisson à la grenadine. C’était juste qu’elle fût tombée sous le charme de l’assistant de la directrice, rien de plus. Il était beau, et gracieux. Il ne laissait presque aucune fille indifférente. Bref, lorsque le soleil se coucha, il avait fini de remplir les dossiers. Un bon timing ! Il allait enfin pouvoir respirer ! Il en avait un peu marre d’être cloitré dans ce bureau plutôt beau en fait, mais qui sentait le vieux. Il enviait les élèves qui semblaient s’amuser tous les jours. Edwin pouvait les voir à travers une vitre de son bureau : certains hurlaient de colère, d’autres riaient comme des fous, et enfin il y en avait qui pleuraient. Il aurait au moins voulut être professeur, mais non, il avait eu le droit à être, attention, assistant de la directrice.
Le ciel s’obscurcit vite, et on pouvait apercevoir quelques étoiles. A travers la vitre de son bureau, Edwin observa le magnifique ciel. Il pouvait voir petit à petit le ciel se vêtir de beaucoup d’étoiles. Il se souvint d’un cours qu’il avait apprit à l’école : les étoiles que l’on voit actuellement ont brillées il y a plus d’une centaine d’années. Il était là quand ces étoiles ont brillées. Cela lui faisait un peu bizarre… Edwin sortit du bureau, et sortit littéralement de l’Académie pour aller se balader dans Londres. Il avait besoin de respirer.
Dés qu’il eut posé le pied en dehors de l’Académie, il put sentir la délicieuse odeur de ces humains. Leurs sangs. Pourquoi est-ce-que leurs sangs sentaient si bons ? Il huma l’air un instant, avant de se balader dans les ruelles. Il connaissait bien Londres, il y habitait, et son manoir était pas si loin que ça de l’Académie. Il avait le droit à quelques regards dragueurs des jeunes filles, et parfois de garçons. Il avait eut l’habitude. Depuis des siècles, il avait le droit à ce genre de regards. Passons. Il se dirigea donc vers le Parc, le fameux parc Battersea. Généralement, cet endroit était un terrain de chasse pour les vampires. Il y avait dans ce Parc un beau chêne (et le seul) qu’Edwin et Alvin avaient vus grandir. Pour tout les deux, c’était leur endroit préféré : ils aimaient s’y réfugier. C’était un peu… leur endroit secret ! Lorsqu’Edwin voulut s’y adosser, il aperçut… un homme. Il lui avait volé la place.


- Ça te gêne de te décaler un peu, histoire que je puisse m’asseoir aussi… ? –demanda-t-il avec un sourire amical.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alister McNeal
» Nouveau Gloomy

» Messages : 27
» Popularité : 39
» Race : Vampire
» Profession : Prof... Philo
» Absence : /

MessageSujet: Re: Escape. Sam 28 Jan - 17:11

[désolé pour l'énorme retard...]


Cette nuit là, l'air était frais. Et il n'allait pas cesser de se rafraichir. De plus, j'aurais parié mon bras qu'il allait pleuvoir dans la soirée. L'air était humide et désagréable à respirer, enfin bien que ça ne me fasse pas grand chose, je pouvais l'imaginer. J'ouvris de nouveau les yeux, histoire de voir où en était la dégustation de mon délicieux fruit. Elle était pratiquement finir; quelle tristesse. J'envoyai valser la fin de cette pomme d'un geste las. Son gout me resta encore quelques secondes dans la bouche. Le temps que je me rende compte que quelqu'un m'observait. Vous savez, cette désagréable sensation lorsque vous vous sentez observé ou épié ? Une odeur me vint au nez alors. Une odeur toute nouvelle que j'avais capté dans la journée, à l'académie. Ce devait être un nouvel élève, ou un nouveau membre du personnel. Je tournai la tête, cherchant le porteur de cette odeur des yeux, il était d'ailleurs plus près que je ne le pensais. Un jeune homme blond, d'apparence même pas la vingtaine. Un élève ? Je n'en savais rien, pourtant il y avait quelque chose dans son odeur qui... Sa phrase me laissa pantois.

- Ça te gêne de te décaler un peu, histoire que je puisse m’asseoir aussi… ?

Je ne sus quoi répondre. Et que répondre à cela ? De plus, il y avait des tas d'autres arbres dans le parc. Alors pourquoi celui ci ? En plus, il pouvait très bien s'asseoir de l'autre côté. Et puis si j'avais été lui, je ne me serais pas assis. En effet, l'air s'alourdit de plus en plus. En effet, quelques minutes à peine après qu'il m'avait annoncé ça, la pluie se mit à battre doucement. Une pluie douce et fine. Pourtant je n'avais toujours pas bougé, et donc faisait preuve d'impolitesse. J'en étais navré. Je secouai doucement la tête histoire de reprendre un peu mes esprits avant de me décaler avec nonchalance. Lui faisant signe de vernie s'abriter un peu plus sous l'arbre.

"Non, bien sur. "

Pourtant, je savais très bien que j'allais finir par lui poser la question, un jour ou l'autre. Pourquoi n'avait il pas choisit un autre arbre. Pourquoi celui ci en particulier ? Enfin bon, ce n'était pas si grave en soit. Je remontai le col de mon manteau, glissant ensuite mes mains dans les poches. Je m'appuyai ensuite un peu plus contre l'arbre, regardant la pluie tomber. Et m'attardai sur ces goutes qui arrivaient à passer entre le branchage du chêne. Ces arbre étaient majestueux. Et impressionnant. Il était impossible des les déraciner. Je me souvenais encore de cette tempête en 99, et le manoir presque en pleine forêt. Une forêt de chêne essentiellement. Et alors que les pins s'étaient couchés, les chênes restaient fiers et beaux. Enfin bon, là je m'égarai légèrement. Je reposai donc les yeux sur ce jeune homme.

"Quelle idée de venir dans le parc, un soir de pluie."

Je regardai alors du coin de l'oeil les quelques personnes qui courraient dans le parc, journaux par dessus la tête ou parapluies sortis. En quête de pouvoir fuir cette pluie trop fine que c'en était insupportable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Escape.

Revenir en haut Aller en bas

Escape.



           Page 1 sur 1
Sauter vers: