AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Petite fille, tu es comme une femme quand tu agis

AuteurMessage
avatar

Iccs Vergan
» Gloomy Adroit

» Âge : 24
» Messages : 113
» Popularité : 132
» Race : Vampire
» Profession : Prof de français. Ou Emmerdeur et j'suis payé pour ça.
» Absence : Aucune

MessageSujet: Petite fille, tu es comme une femme quand tu agis Sam 3 Sep - 21:42


Can we play
Just a moment, just a night
Just a life


Qu’Est-ce qui lui avait pris?
Iccs faisait les cent pas, mains dans les poches. Il s’arrêta un instant, contemplant quelques secondes la Lune qui venait chatouiller l’horizon. Sa chevelure d’argent se répandait le long des murs du couloir, laissant les doigts de l’obscurité se mêler le long de ses mèches opalescentes. Iccs eut un sourire, refermant les yeux, guettant un son de pas. La Nuit, son alliée de toujours, aiguisait ses sens, faisant luire ses prunelles glacées, déjà éclairées par l’écume d’argent des rayons lunaires qui se fendaient sur les murs du couloir. Il L’attendait. Qui, vous demandez vous?

Une élève. Oui, il avait invité une élève. Il ne savait pas pourquoi, emporté comme à chaque fois par une pulsion irraisonnée. Enfin, irraisonnée… Pas tellement. Dès les premiers jours, il l’avait remarquée, cette charmante demoiselle. Bavarde, sans plus, elle était l’une des seules à s’amuser de ses blagues ou à lever les yeux au ciel avant de lui offrir un sourire encourageant, comme pour dire : ce sera pour la prochaine fois, prof. Elle se montrait franche à son égard, et cela l’amusait terriblement, au point où il avait fini par la taquiner en plein cours, faisant exprès de l’interroger sans cesse jusqu’à qu’elle finisse par lever les yeux au ciel et pousser un profond soupir. Il riait alors, et la douce voix de la demoiselle se mêlait à la sienne. Ils pensaient toujours aux conventions, se dire bonjour, au revoir et tout le tralala, et il leur arrivait souvent, dans les couloirs, de s’arrêter un instant pour échanger quelques paroles ou d’autres blagues. Qui plus est, son petit chouchou, Allan, lui avait confié son attirance pour la charmante Lucy et avait demandé ses conseils…Décidément preux chevalier, Iccs avait aussitôt accepté la mission qui lui avait été confiée et avait cherché à se rapprocher de mademoiselle Heart.

Un rapprochement qui avait été plus qu’appréciable. Il avait découvert en elle une personnalité détonante, une âme littéralement rayonnante qui, au lieu de s’opposer simplement à l’obscurité tapie au fond du cœur d’Iccs, s’y était au contraire parfaitement accordée. Souvent, elle plongeait son regard flamboyant de malice dans l’océan calme et plat des prunelles d’Iccs, qui alors, se surprenait à sourire et à lui offrir un clin d’œil complice. Pourquoi ces gestes? Pourquoi ces regards? Il n’en savait rien, mais en tirait une sensation de plaisance extrême. Il ne se lassait pas d’échanger avec elle alors qu’ils se croisaient dans les couloirs, s’amusant à la taquiner même en plein cours, hilare lorsqu’elle répondait à ses répliques avec un charmant sourire. Qui plus est, disons ce qui est, Lucy était une ravissante fille, et elle le savait. Elle enfilait des décolletés où décidément, les yeux d’Iccs avaient trop tendance à se perdre. Ses habits dévoilaient le plus souvent ses longues jambes aux cuisses fermes, sa taille fine ne demandait qu’à être saisie. Ses grands yeux bruns étaient probablement la partie la plus expressives de son corps, donnant l’envie à Iccs de sourire seulement lorsque leurs regards se croisaient.

Vous croyez qu’Iccs était tombé amoureux d’elle? Non, fallait pas non plus exagérer. Il ne se l’aurait pas permis en plus, pas avec une élève aussi jeune. C’est plutôt qu’il avait réellement la sensation de…Se compléter, avec cette demoiselle. Ils n’avaient besoin que d’un regard, un geste, pour se comprendre, pour se sourire et avoir un rire. Il aimait tellement la voir heureuse, ou même lorsqu’elle était furieuse, il parvenait de nouveau à la faire rire par une grimace ou une blague douteuse. Était ce les moments de solitudes qui suivaient ses blagues que peu de gens comprenaient, ou son humour qui suffisait à faire naître cette hilarité en la jeune femme? Une nouvelle question à laquelle il n’avait pas de réponses à apporter. Quoi qu’il en soit…Oui, il avait craqué. Il avait fini par lui donner rendez vous, ce soir, peu avant le couvre feu. Comme ça, si elle souhaitait vite partir, elle pourrait toujours prendre l’excuse du couvre feu…

Et ouais, on n’aurait pas dit, mais Iccs était en réalité assez gentleman. Il avait le respect des femmes, un respect à la limite du viscéral… Et si il y avait bien une chose qui insupportait, c’était les machos. Et bon, il se savait disons…Inquiétant. Après tout, il restait un professeur. Il avait des cheveux de vieux en plus. Et pire que tout… C’était un vampire. Un détail qui l’inquiétait le premier, à dire vrai. Il faisait tout ses efforts pour ne pas boire de sang…Pas humain en tout cas. Et fallait avouer que parfois, ça lui manquait. Terriblement. Ça en devenait douloureux. Mais non, il ne ferait rien à Lucy…Du moins, il suppliait on ne sait quel Dieu de ne rien lui faire. Il ne voulait pas la voir reculer. Il ne voulait pas que la peur remplace cette complicité brillante au fond de ses prunelles. Il ne voulait pas l’effrayer, il ne voulait pas qu’elle découvre… Cette monstruosité tapie au fond de lui. Enfin, un son de pas, léger. Comme un fauve en alerte, Iccs fit volte face mais eut un grand sourire -sans les grandes canines qui font peur, sisi, un vrai sourire quoi, tout gentil tout mimi-..
_ Ah, Lucy ! J’ai bien cru que t’allais me poser un lapin!
Il eut un rire en passant une main dans ses cheveux blancs.
_ ça aurait été cruel de me laisser tout seul dans le noir, minauda-t-il d’un air faussement fragile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Petite fille, tu es comme une femme quand tu agis



           Page 1 sur 1
Sauter vers: